L'embarras était visible vendredi au parti républicain aux Etats-Unis après les accusations infondées de fraude à l'élection présidentielle formulées par Donald Trump: plusieurs poids lourds le soutiennent, mais des voix s’élèvent pour condamner la "dangereuse" stratégie de désinformation du dirigeant, en passe de perdre la Maison Blanche face au démocrate Joe Biden.

"Le discours du président hier soir m'a beaucoup dérangé, car il a formulé des allégations très, très graves, sans aucune preuve", a dit vendredi matin le sénateur républicain de Pennsylvanie Pat Toomey, sur CBS. "Je n'ai connaissance d'aucune fraude importante".

Sur Twitter, le parlementaire texan Will Hurd a dénoncé une tactique "dangereuse et mauvaise", et appelé à ce que tous les bulletins soient comptés.

"ARRETEZ de propager de la désinformation discréditée... Cela devient complètement fou", a tweeté son collègue Adam Kinzinger, certes critique habituel de M. Trump.

"Compter chaque voix est au coeur de la démocratie. Ce processus est souvent long et, pour les candidats, frustrant", a déclaré Mitt Romney dans un communiqué moins cinglant mais tout aussi désapprobateur. "S'il y a des accusations d'irrégularités, il y aura des enquêtes et in fine la justice tranchera".

Les plus grands fidèles de M. Trump ont comme un seul homme rapidement et pleinement pris le parti de Donald Trump.

"Je suis ici ce soir pour soutenir le président Trump comme il m'a soutenu", a lancé le sénateur Lindsey Graham, réélu mardi après une campagne difficile en Caroline du Sud.

"Je peux vous dire que le président est en colère et je suis en colère, et les électeurs devraient être en colère", a déclaré Ted Cruz au présentateur Sean Hannity, dont l'émission sur Fox News est l'une des préférées du milliardaire.

Mais la plupart des élus républicains gardaient leurs distances, tout en jouant la prudence pour ne pas s'aliéner l'homme qui sera président au moins jusqu'au 20 janvier, et pourrait garder sur le mouvement conservateur une influence considérable même en cas de défaite.

- "La fausseté dans la bouche" -

Le très puissant et habile chef du Sénat, Mitch McConnell, s'en est sorti en rappelant une évidence: "Chaque suffrage légal doit être compté. Tout bulletin soumis illégalement ne doit pas l'être. Toutes les parties doivent observer ce processus. Et les tribunaux sont là pour appliquer la loi et résoudre les différends".

Il n'admet donc pas qu'il y a eu des fraudes.

Karl Rove, l'ancienne éminence grise de George W. Bush qui arracha lui-même la présidence en 2000 à l'issue d'une guérilla judiciaire en Floride, a d'ailleurs souligné que des fraudes sur des centaines de milliers de bulletins de vote, dans de multiples Etats, requerrait un complot digne d'un film de James Bond.

Quelques stars du parti s'éloignaient --mais prudemment-- de cette ligne de crête.

Ainsi le sénateur Marco Rubio, rival de M. Trump aux primaires de 2016 mais devenu adhérent du trumpisme comme quasiment tout son parti depuis quatre ans, ne critique pas directement le président, préférant rappeler une série de principes démocratiques.

Mais il a aussi tweeté un passage de l'Ancien Testament, sans commentaire: "L'homme pervers, l'homme inique, Marche la fausseté dans la bouche. Proverbes 6:12".

Ces hommes-là ne veulent pas insulter l'avenir. Contrairement à M. Trump, les républicains du Sénat étaient en bonne posture pour conserver leur majorité, et leur pouvoir, en janvier.