Double meurtre de Montigny-lès-Metz: Francis Heaulme renvoyé devant les assises

Publié le à METZ (AFP)

Le meurtrier en série Francis Heaulme a été renvoyé devant les assises, par une décision jeudi de la chambre de l'instruction de la Cour d'Appel de Metz.
Francis Heaulme sera donc jugé pour un double meurtre d'enfants jamais élucidé en 1986, pour lequel Patrick Dils avait été condamné à deux reprises avant d'être finalement innocenté.
L'affaire du double meurtre Montigny-lès-Metz, l'une des plus médiatisées des trente dernières années, avait débuté le 28 septembre 1986, lorsque les corps de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, tous deux âgés de 8 ans, avaient été retrouvés, le crâne fracassé à coups de pierre.
Un apprenti cuisinier de 16 ans, Patrick Dils, avait été interpellé en avril 1987, puis condamné deux ans plus tard à la réclusion criminelle à perpétuité.
Mais, en 2001, il avait bénéficié d'une rarissime procédure de révision de son procès, après que la présence de Francis Heaulme, déjà condamné deux fois pour meurtre, eut été établie à proximité lors des faits.Rejugé, Patrick Dils avait été condamné à 25 ans de réclusion criminelle, avant d'être acquitté en 2002, au terme d'un procès au cours duquel Francis Heaulme avait témoigné.
Une nouvelle instruction, ouverte en 2003, avait conduit à la mise en examen de Francis Heaulme pour ce double meurtre. Niant être impliqué, il avait plusieurs fois reconnu être monté sur la butte le jour où les deux enfants avaient été tués. Il avait également admis avoir "retourné l'un des deux corps". Mais en 2006, il était revenu sur ses déclarations et avait nié être à Montigny le jour du crime.
Entre temps, de nouveaux témoignages ont affirmé l'avoir croisé à proximité de l'endroit où les corps des garçonnets ont été retrouvés.
La gendarmerie a pour sa part estimé que le double meurtre portait sa "quasi-signature criminelle".
© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.