Enfant tué à Lorient: la passagère arrêtée, le chauffard toujours en cavale

Publié le à Lorient (AFP)

Les enquêteurs poursuivaient jeudi leurs recherches après l'arrestation dans la nuit de la passagère de la voiture qui a tué un enfant de 10 ans et blessé grièvement un autre de 7 ans, dimanche à Lorient, tandis que le chauffard restait introuvable.

Activement recherchée depuis quatre jours avec le conducteur, la jeune de 21 ans a décidé de mettre elle-même un terme à sa cavale mercredi dans la soirée. Elle a été arrêtée par les forces de l'ordre après s'être présentée spontanément chez un habitant de Caudan (Morbihan).

"La jeune femme était dans la rue, elle a vu une maison éclairée, elle a sonné, s'est présentée à la famille et leur a demandé d'appeler la police" qui est ensuite venue l'interpeller, a indiqué une source policière à l'AFP confirmant une information d' Europe 1.

Elle a été placée en garde à vue dans les locaux de la sûreté départementale de Lorient, selon une autre source policière.

Des informations confirmées par le parquet de Lorient. "La passagère du véhicule impliqué dans les faits d'homicide involontaire aggravé et de blessures involontaires aggravées commis (dimanche) en fin d'après-midi à Lorient a été placée en garde à vue (mercredi) à compter de 23 heures 35 pour des faits de non-assistance à personne en danger", a indiqué le parquet dans un communiqué.

Elle "s'est rendue chez un particulier hier soir et ce dans le but de se rendre aux services de police", a précisé le parquet.

La procureure de la République de Lorient Laureline Peyrefitte a confirmé à l'AFP que l'interrogatoire de la jeune femme était terminé. La procureure tiendra un point presse jeudi à 17H30.

- Marche blanche jeudi -

Quarante-huit heures après que la police a diffusé mardi un appel à témoins avec photos des deux suspects, largement relayé par les médias et sur les réseaux sociaux, l'étau se resserrait autour du conducteur, toujours activement recherché. La police recherche un homme de "1,80m, corpulence normale, de type eurasien, teint mat, cheveux noirs", selon le signalement de l'appel à témoin.

Les enquêteurs ont pu identifier lundi le chauffard, un homme qui "avait emprunté le véhicule de sa mère alors qu'il n'est pas titulaire du permis de conduire", selon le parquet de Lorient.

Âgé de 20 ans, cet homme a été déjà condamné pour conduite sans permis.

Une marche blanche est organisée jeudi à Lorient à 13H30 en hommage à l'enfant. La mort du petit garçon, fauché sur un trottoir, suscite une vive émotion dans le Morbihan et au niveau national.

L'accident était intervenu après "un refus d’obtempérer" alors que le véhicule était suivi à distance par la gendarmerie. Le véhicule circulait à vive allure sur une voie réservée aux bus et avait percuté dans un premier temps une autre voiture en sortie de rond-point, sans faire de blessé, avant de faucher sur un trottoir les deux enfants, issus de deux familles différentes et d'origine turque.

Mercredi, plus de 500 personnes issues pour la plupart de la communauté franco-turque ont assisté aux obsèques du garçon. En raison du grand nombre de participants, la cérémonie religieuse s'est déroulée dans un entrepôt de l'association culturelle turque de Lorient, au nord de la ville, non loin du lieu de l'accident.

De nombreux participants réclamaient l'arrestation du fuyard, pour que la famille puisse faire le deuil. La famille devait prendre l'avion mercredi soir à Paris pour la ville d'Agri en Turquie, où le garçon doit être enterré.

A Brest, l'état de santé de l'enfant de 7 ans grièvement blessé et hospitalisé n'avait pas évolué mercredi.

alh-blb-cor-lg/db/shu

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.