F1: ce qu'il se passe pendant un arrêt aux stands

Publié le à Paris (AFP)

Élément stratégique crucial d'un Grand Prix de Formule 1, l'arrêt aux stands ou "pit stop", au cours duquel sont changés les pneus des monoplaces, peut vous faire gagner des positions ou au contraire en perdre.

Il implique plus d'une vingtaine de personnes et se déroule en plusieurs étapes:

1. Selon l'état de ses pneus, les stratégies adoptées par la concurrence ou si elle a subi des dommages, la voiture est rappelée aux stands. Le pilote peut demander à rentrer mais c'est au patron de l'écurie, le "team principal", que revient la décision finale, selon les recommandations des ingénieurs chargés de la stratégie.

2. La voiture s'insère dans la voie des stands où la vitesse est limitée. Pour éviter un excès de vitesse, sanctionné d'une amende, le pilote active sur son volant un limitateur de vitesse, ou "pit limiter". Un repère lui indique quand tourner vers son garage. Afin de faciliter le travail des mécaniciens, il doit s'arrêter à un emplacement précis que lui indique l'un d'entre eux à l'aide d'un panneau appelé "sucette".

3. A l'aide de lève-vite, deux +mécanos+, l'un placé à l'avant, l'autre à l'arrière, soulèvent la voiture, qui pèse en 2019 au minimum 743 kg pilote compris. En cas de défaillance de ces lève-vite, tous deux sont secondés par un remplaçant.

4. Quatre mécaniciens dévissent simultanément les écrous des roues, qui pèsent une quinzaine de kilos chacune; à l'aide d'un pistolet, quatre autres les enlèvent, quatre autres placent les nouvelles roues et les quatre premiers les vissent au pistolet. En cas de panne, un deuxième pistolet est placé à leurs pieds. Pendant ce processus qui prend en moyenne 3 secondes (le record est de 1 sec 88/100 pour Red Bull au GP d'Allemagne 2019), deux personnes stabilisent la voiture. Entre une et quatre autres règlent ou changent l'aileron avant si nécessaire.

5. Chaque pistolet envoie un signal électronique quand la nouvelle roue est fixée. Quand les quatre le sont, les lève-vite relâchent automatiquement la F1. Deux "spotters" s'assurent du bon déroulement du "pit stop" et vérifient que la voie est libre pour reprendre la piste. Un signal lumineux avertit le pilote qu'il peut repartir. Jusqu'à la sortie des stands, il doit respecter la limitation de vitesse. S'il gêne, intentionnellement ou non, un adversaire en quittant sa position, lui et son équipe peuvent être sanctionnés.

6. Si un pilote en chasse un autre mais ne parvient pas à le rattraper en piste, son écurie peut décider de le rappeler au stand en premier. L'objectif est de lui permettre de refaire son retard grâce à des pneus frais - et donc théoriquement plus rapides - pendant que son rival s'arrête à son tour. Si celui-ci ressort des stands derrière celui qui s'est arrêté le premier, on parle d'"undercut". L'inverse est un "overcut".

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.