L'année change mais le vainqueur non: Lewis Hamilton, septuple champion du monde et tenant du titre en F1, a remporté le premier Grand Prix de l'année à Bahreïn, devant Max Verstappen parti en pole position.

Ce n'était qu'un mirage dans le désert de Bahreïn: Verstappen, parti en pole, n'a pas réussi à confirmer en course dimanche. Sir Lewis, anobli au Royaume-Uni par la Reine, reste pour le moment le roi de la Formule 1 au volant de sa Mercedes.

Mercedes, vainqueur de tous les titres pilotes et constructeurs depuis 2014, place une nouvelle fois deux pilotes sur un podium, avec Valtteri Bottas à la 3e place.

Avant une révolution attendue en 2022 avec de nouvelles voitures, la saison 2021 démarre par une victoire d'Hamilton, sa 96e en F1, et donc de Mercedes, même si Verstappen et Red Bull ont des raisons d'y croire.

- "Je savais qu'il allait me rattraper" -

Car le Britannique, qui peut obtenir un 8e titre record cette année après avoir égalé Michael Schumacher en 2020, a été jusqu'au bout sous la menace du jeune Max, 23 ans.

"Je savais qu'il allait me rattraper et qu'il serait presque impossible de le garder derrière", a dit Hamilton en conférence de presse.

Après le jeu des arrêts aux stands, Verstappen avait huit secondes de retard sur Hamilton à 16 tours de la fin. Avec ses pneus durs neufs, il a en effet refait son retard et même fini par doubler le Britannique à trois tours de la fin. Mais, ayant dépassé les limites de la piste dans un virage, il a dû se résoudre à laisser repasser Hamilton. Définitivement.

"Je n'avais pas d'adhérence, pas assez pour faire la différence en tout cas, et bien sûr je suis passé trop large au virage 4, donc j'ai du lui rendre la position, c'est comme ça", a expliqué Verstappen. Il a tout de même souligné que l'important est d'avoir pris beaucoup de points (28 contre 41 pour Mercedes).

"L'an dernier, on aurait été contents avec ce résultat, mais cette année on est déçus, cela montre que nous avons fait de gros progrès", a-t-il poursuivi.

Pour Bottas, 3e, l'écurie Mercedes n'a "pas la voiture la plus rapide" pour le moment mais peut être satisfaite du résultat, compte-tenu des difficultés éprouvées lors des essais hivernaux avec son train arrière.

- Schumacher 16e -

Devant quelques spectateurs vaccinés ou guéris du Covid-19, sous un temps clément mais venteux, après des températures caniculaires samedi, les pilotes ont respecté un moment de recueillement, agenouillés ou les mains dans le dos, contre le racisme, comme ils l'avaient souvent fait l'an passé, avant de partir dans la nuit tombée.

Si la pandémie de Covid-19 le permet, la saison prévoit un record de 23 Grands Prix cette saison. Avec le match Hamilton-Verstappen comme tête d'affiche.

Le finish spectaculaire de dimanche, "c'est quelque chose que les fans attendaient depuis longtemps", a estimé Hamilton, "même si ce n'est qu'une course".

L'Anglais de 36 ans, recordman des victoires (96) et des pole positions (98) a déjà signé un nouveau record: il a désormais mené pendant 5.126 tours en course depuis le début de sa carrière. Mieux que Schumacher.

Derrière les deux intouchables et Bottas, le Britannique Lando Norris (McLaren) est 4e devant Sergio Pérez. Arrivé cet hiver chez Red Bull, le Mexicain avait commencé la course depuis la voie des stands, victime d'un problème électrique lors du tour de formation.

Ferrari, 6e au classement des constructeurs l'an passé, a placé ses pilotes Charles Leclerc et Carlos Sainz aux 6e et 8e places.

Pour son retour en F1 à 39 ans, Fernando Alonso (Alpine, le nouveau nom de Renault), a dû abandonner alors qu'il se battait pour finir dans le Top 10. Des débris se sont coincés dans un conduit de frein, provoquant une surchauffe, a expliqué son écurie.

Enfin, Mick Schumacher, fils de Michael, a achevé son premier GP à la 16e place. Dans l'écurie Haas, l'Allemand de 22 ans ne pourra pas espérer beaucoup mieux cette année. Il devient tout de même le premier Schumacher à finir son premier Grand Prix, ce que son père, et son oncle Ralf, n'avaient pas réussi à faire.