Fermée le 21 octobre dans le sillage de l'assassinat de Samuel Paty, la mosquée de Pantin rouvrira vendredi avec à sa tête un nouveau recteur et un nouvel imam, deux conditions fixées par le ministre de l'Intérieur, a annoncé mercredi à l'AFP le préfet de Seine-Saint-Denis.

Cette mosquée d'environ 1.300 fidèles avait été fermée pour six mois sur instruction du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui reprochait notamment à ses responsables d'avoir relayé sur Facebook la vidéo d'un père d'élève à l'origine de l'engrenage ayant conduit au meurtre du professeur d'histoire-géographie de Conflans-Saint-Honorine (Yvelines).

Le 16 octobre, un réfugié d'origine russe tchétchène âgé de 18 ans avait décapité ce père de famille de 47 ans, lui reprochant d'avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves.

Après ce drame, le ministère de l'Intérieur avait promis "une guerre contre les ennemis de la République" et lancé une série d'opérations contre la mouvance islamiste.

Dans son viseur figurait ainsi l'imam de la mosquée de Pantin, formé au Yémen et soupçonné d'être "impliqué" dans cette mouvance. Ce dernier avait démissionné dès le 26 octobre.

Mais le ministre de l'Intérieur et le préfet de la Seine-Saint-Denis avaient fixé une condition sine qua non à la réouverture anticipée de la mosquée avant le ramadan (mi-avril) : le départ de son recteur, M'hammed Henniche.

M. Henniche, qui ne fait l'objet d'aucune poursuite judiciaire, s'était excusé pour le partage de la vidéo - "une maladresse", avait-il regretté - mais refusait de se retirer.

Mi-mars, cet entrepreneur de 50 ans, secrétaire général de l'Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM 93), a fini par céder, ouvrant la voie à la réouverture du lieu de culte.

Devenu persona non grata, M'hammed Henniche était depuis 20 ans un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics et politiques, y compris de Nicolas Sarkozy quand il était président.

Devant la justice, la représentante du ministère de l'Intérieur avait estimé que la mosquée était "fréquentée par des individus radicalisés" et, qu'"en étant président de la mosquée, M. Henniche ne pouvait l'ignorer".

- "Contrôles" dans 89 mosquées -

En novembre, le préfet de la Seine-Saint-Denis, Georges-François Leclerc, avait par ailleurs retiré à l'association qui gère la mosquée son caractère cultuel, au motif que ses activités avaient "porté atteinte à l'ordre public". Une décision qui avait eu pour conséquence de rendre caduque l'attribution par la ville de Pantin d'un bail emphytéotique pour la construction d'une grande mosquée.

C'est la crainte de voir ce projet compromis qui a convaincu M. Henniche de se retirer.

La situation "incarne une logique de bras de fer", dénonçait Vincent Brengarth, l'un des avocats de la Fédération musulmane de Pantin, qui a tenté à deux reprises, et sans succès, de faire annuler la fermeture de la mosquée au tribunal administratif et devant le Conseil d'État.

"Ça prend des proportions en termes d'atteinte à la liberté associative. Ce n'est pas le rôle du ministère de l'Intérieur de décider qui doit être à la tête d'une association", plaidait Me Brengarth.

Privés de "leur" mosquée, les habitants de Pantin déploraient ce blocage, contraints d'aller prier à la mosquée de la commune voisine de Drancy.

Le 15 janvier, Gérald Darmanin avait indiqué que neuf salles de prières ou mosquées ont été fermées les semaines précédentes en France, dont huit pour des raisons administratives.

Début mars, le ministre de l'Intérieur avait de nouveau annoncé des contrôles dans 89 mosquées soupçonnées de "séparatisme" après l'entrée en vigueur de la loi "confortant le respect des principes de la République", qui prévoit un élargissement des motifs de fermeture des lieux de culte.