La fermeture du consulat de Chine à Houston, censée entrer en vigueur vendredi, est "un message" aux autres diplomates chinois pour qu'ils "arrêtent" les activités d'espionnage économique aux Etats-Unis, a déclaré un haut responsable américain.

"L'ensemble des activités du consulat de Houston a largement franchi la ligne de ce que nous étions prêts à accepter, et si nous n'y avions pas mis fin, elles menaçaient de devenir encore plus agressives, à Houston comme dans d'autres consulats chinois à travers le pays", a expliqué à des journalistes ce responsable du ministère de la Justice sous couvert de l'anonymat.

"A un moment donné, il faut tout simplement dire +assez+", a renchéri un haut responsable du département d'Etat américain. "Houston vise à démontrer fermement que nous sommes sérieux."

Washington a donné mardi 72 heures à Pékin pour fermer son consulat dans cette ville du Texas, un des grands pôles mondiaux de recherche biologique et médicale, en évoquant des affaires d'espionnage.

Le mouvement était visible vendredi matin devant le bâtiment concerné à Houston. Des personnes transportaient des sacs dans un camion de déménagement et jetaient de gros sacs poubelles dans des bennes à proximité, a constaté une journaliste de l'AFP.

Cette mission diplomatique était "une plaque tournante de l'espionnage et du vol de propriété intellectuelle" par la Chine, a accusé jeudi le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, sans toutefois mentionner des faits précis reprochés aux employés du consulat.

Le responsable du ministère de la Justice a confirmé vendredi que la fermeture était plutôt l'aboutissement d'un processus qu'une réponse à un dossier spécifique.

"Nous voulons démanteler ces activités à Houston et prévenir des activités similaires par des responsables chinois dans d'autres consulats", a-t-il dit. "Fermer le consulat à Houston et éviter que ces responsables s'installent ailleurs" aux Etats-Unis "permet d'atteindre ces deux objectifs", a-t-il estimé.