France: la courbe du chômage pas inversée fin 2013, nouveau record à 3,3 millions

Publié le à PARIS, 27 jan 2014 (AFP)

La courbe du chômage n'a pas été inversée fin décembre, où 10.200 nouveaux demandeurs d'emploi sans activité ont été recensés en métropole, portant leur nombre au niveau record de 3,3 millions, a annoncé lundi le ministère du Travail.

Depuis la Turquie, François Hollande s'est félicité d'avoir "stabilisé" le niveau du chômage tout en reconnaissant que "cela ne suffisait pas".

En 2013, leur nombre a augmenté de 177.800 (+5,7%), après +283.800 en 2012 (+10%), ce qui fait dire au ministère que l'année "aura été marquée par un net mouvement d'amélioration".

Au ministère, on relève que la hausse moyenne trimestrielle est passée de +33.000 début 2013 à +2.500 à la fin de l'année.

En incluant les chômeurs ayant eu une petite activité, Pôle emploi dénombrait 4,89 millions d'inscrits fin décembre, un autre plus haut historique.

"L'inversion de la courbe du chômage pour l'ensemble des classes d'âge ne s'est pas encore réalisée sur le dernier trimestre, même si nous en sommes très proches", a commenté le ministère dans un communiqué.

"Pour les jeunes, priorité de l'action gouvernementale depuis 20 mois, l'inversion de la courbe du chômage est effective depuis maintenant 8 mois", avec une baisse "d'environ 25.000" inscrits de moins de 25 ans, a-t-il ajouté. En décembre, leur nombre a encore baissé de 2.300 (-0,4% sur un mois, -0,3% sur un an).

Le ministère fait également valoir que "l'inversion est amorcée au 4e trimestre" pour les adultes entre 25 et 50 ans.

En revanche, elle n'est "pas encore une réalité pour les personnes de 50 ans et plus": "en 2013, près de la moitié de la hausse totale du chômage concerne cette classe d'âge", souligne-t-il.

En décembre, le nombre de seniors inscrits à Pôle emploi en catégorie A (sans aucune activité) a encore fortement augmenté (+1,3% sur un mois, +12,3% sur un an), pour atteindre 743.000.

Le nombre de chômeurs de longue durée est aussi en très forte hausse: fin décembre plus de 2 millions de personnes pointaient à Pôle emploi depuis plus d'un an (+0,9% sur un mois, +13,3% sur un an).

Parmi eux, 591.000 étaient même inscrits depuis plus de 3 ans (+1,7% sur un mois, +18,1% sur un an).

Phénomène remarquable en décembre, une explosion du nombre de radiations administratives: plus de 60.000 personnes ont été rayées des listes, près de 40% de plus qu'en novembre.

"Il n'y a pas de plan d'action secret, ni du ministre ni de Pôle emploi", a insisté le ministère. Cette hausse exceptionnelle découle d'un redressement statistique consécutif au "changement des règles de gestion des radiations" intervenu au début de l'année, explique la Dares, chargée des statistiques du ministère, dans une note.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.