Nathan Law, un des jeunes militants les plus en vue du mouvement hongkongais pour des réformes démocratiques, a annoncé lundi se trouver à Londres, cinq jours après avoir annoncé s'être enfui dans la foulée de l'entrée en vigueur d'une loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin.

"Ma destination: Londres", a écrit M. Law sur sa page Facebook lundi, à l'occasion de son 27ème anniversaire.

"Jusqu'à présent, j'ai fait profil bas sur mes déplacements afin de limiter les risques", ajoute-t-il. "Dans ce pays étrange, j'ai commencé à faire des projets pour la vie qui m'attend. Il reste tant d'incertitudes", poursuit-il.

Nathan Law est un des jeunes chefs de file du parti politique militant pour la démocratie à Hong Kong Demosisto, qui a annoncé mardi sa dissolution, juste après l'adoption par le Parlement chinois de la législation controversée sur la sécurité nationale.

Ce parti avait été fondé par des étudiants à l'issue du Mouvement des Parapluies en 2014 contre l'emprise grandissante de Pékin sur l'ex-colonie britannique.

Même s'il ne militait pas pour l'indépendance du territoire, M. Law et d'autres membres éminents du parti comme l'ancien leader étudiant Joshua Wong ont été souvent décrits par les autorités chinoises comme des séparatistes conspirant avec l'étranger contre Pékin.

Pékin a promulgué le 30 juin une loi draconienne sur la sécurité nationale, imposée à Hong Kong pour réprimer la subversion, la sécession, le terrorisme et la collusion avec les forces étrangères, en réponse au mouvement de contestation visant depuis l'an dernier dans ce territoire semi-autonome le pouvoir central.

Cette loi constitue le changement le plus radical pour Hong Kong depuis sa rétrocession par le Royaume-Uni à la Chine en 1997. Les militants pro-démocratie y redoutent une érosion sans précédent des libertés et de l'autonomie accordée à l'ancienne colonie britannique.

Mercredi, moins de 24 heures après l'entrée en vigueur de la loi, la police a procédé aux premières arrestations en vertu de ce texte qui rend la justice chinoise compétente pour les crimes les plus graves dans ce domaine.

Nathan Law a annoncé jeudi s'être enfui de Hong Kong, sans préciser sa destination.

La veille, il avait présenté un témoignage par vidéo lors d'une audience du Congrès à Washington dans laquelle il a crié le slogan de protestation "Libérez Hong Kong. La révolution de notre temps". Les autorités considèrent que ce slogan viole désormais la nouvelle loi sur la sécurité nationale.

Estimant que la nouvelle loi constituait une "violation manifeste" de l'autonomie de l'ex-colonie britannique, le Royaume-Uni a annoncé la semaine dernière son intention d'élargir les droits à l'immigration pour les habitants de Hong Kong.