Plus d'une demi-tonne de méthamphétamine a été saisie dans un conteneur à Hong Kong, ont annoncé lundi les autorités qui expliquent que la pandémie contraint les trafiquants à affréter des cargaisons de drogue plus importantes, faute de pouvoir faire voyager les "mules" transportant de plus petites quantités.

Les stupéfiants, dont la valeur à la revente serait selon certains médias de 300 millions de dollars hongkongais (33 millions d'euros) ont été découverts dans un conteneur qui renfermait aussi une cargaison déclarée de sacs de ciment.

Celle-ci était censée aller du Vietnam en Australie, mais sa route inhabituelle avait éveillé les soupçons.

Le conteneur était parti du Mexique avant de transiter par la Corée du Sud et de rester trois mois au Vietnam. Il avait ensuite pris la direction de Hong Kong.

"Nous pensons que les trafiquants ont cherché à déjouer les enquêtes et la surveillance des douanes en mettant en place cette route extraordinairement compliquée", a déclaré aux journalistes Barry Chu, chef du service de lutte contre les stupéfiants de l'ex-colonie britannique.

Il a expliqué que la pandémie, en réduisant considérablement les possibilités de déplacement à l'international pour les individus, avait aussi privé les trafiquants de drogue des "mules", qui sont le moyen le plus efficace pour faire circuler de petites cargaisons.

"Cette année, du fait des restrictions sur les voyages, l'essentiel du trafic a été réalisé au travers du fret, des services postaux ou des messageries express", a-t-il dit.

C'est ainsi que circulait l'essentiel des 244 kilos de meth qui avaient été saisis ces neuf derniers mois par les autorités hongkongaises avant la prise de la semaine dernière, a-t-il dit.

L'Australie est une importante destination pour la méthamphétamine, qui s'y vend cinq fois plus cher qu'à Hong Kong.

La plupart de la meth qui circule en Asie provient du "Triangle d'Or", zone à la frontière du Laos, de la Birmanie et de la Thaïlande. Mais la drogue du Mexique, qui est traditionnellement écoulée en Amérique du Nord, se retrouve de plus en plus en Asie.

Aucune arrestation n'a à ce stade été effectuée en lien avec la saisie de la semaine passée.