Se déplacer en transports publics sera très compliqué en Ile-de-France à partir de jeudi à cause de la grève contre la réforme des retraites, selon les prévisions de la RATP et la SNCF qui pourraient être épaulées par quelques dizaines de "cars Macron".

La RATP va concentrer ses moyens humains sur des "lignes structurantes" du métro: la ligne 1 (est-ouest), la 4 (nord-sud), la 7 (nord-est/sud-est, avec un large cercle dans le centre de Paris), la 9 (vers Montreuil à l'est) et la 14 (nord-ouest/sud-est).

Onze lignes de métros seront fermées (2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 8, 10, 11, 12 et 13). La 1 et la 14 -automatiques- devraient fonctionner normalement tandis que les 4 et 7 fonctionneront partiellement, seulement aux heures de pointe (de 06H30 à 09H30 et de 17H00 à 20H00), de même qu'un petit bout de la 9.

Quelques tramways devraient circuler, mais le trafic du RER et des trains de banlieue de la SNCF sera squelettique et concentré sur les heures de pointe.

Restent les bus, plutôt moins affectés par le mouvement: la RATP prévoit d'assurer 30% du trafic, toute la journée. "Certaines lignes ne fonctionneront pas et on renforcera des lignes structurantes", a précisé un porte-parole.

Le secrétaire d’État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a parallèlement proposé de faire circuler "une cinquantaine, une soixantaine" de "cars Macron" qui pourraient "offrir du service sur Paris intramuros et un peu au-delà au nord et au sud de Paris".

"Les lignes (de métro) automatiques demain fonctionneront sur l'axe est-ouest et nous tentons d'avoir des services de bus qui au maximum desserviront l'axe nord-sud. Nous travaillons sur cet axe dans Paris et petite couronne", a-t-il indiqué sur France Inter.

Si FlixBus et BlaBlaCar (opérateur de BlaBlaBus) ont bien confirmé être en discussions avec ses services, il reste un certain nombre de détails règlementaires à régler, les "cars Macron" n'ayant pas le droit de faire des trajets de moins de 40 kilomètres en Ile-de-France et ne pouvant prendre des passagers à Paris qu'à la gare routière de Bercy.

Toutes les sociétés de scooters, vélos et trottinettes en libre-service, de même que les plates-formes de covoiturage et d'autopartage sont également sur le pont pour proposer des solutions alternatives pendant la grève.