Deux morts emportés par les eaux, trois secouristes décédés alors qu'ils partaient en hélicoptère à l'aide des sinistrés: les intempéries sur la Côte d'Azur dimanche ont causé un lourd bilan humain, une semaine après des pluies diluviennes ayant fait six morts.

En une dizaine de jours, onze personnes sont mortes dans le Sud-Est de la France lors de deux épisodes méditerranéens --fortes pluies, inondations, vent-- qui ont engendré une alerte rouge de Météo France.

Dans la nuit de dimanche à lundi, les trois occupants d'un hélicoptère de la Sécurité civile partis secourir des habitants du Var ont été retrouvés morts près de Marseille, dans une zone qui n'était pas placée en alerte rouge.

"Malgré l'engagement d'importants moyens de recherche (...), les trois occupants de l'hélicoptère ont été retrouvés décédés à 01H30 du matin", a indiqué dans un communiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui devait se rendre en fin de matinée dans les Bouches-du-Rhône et le Gard.

"Ceux qui servent nos concitoyens font souvent preuve d'un immense courage. Nous leur devons notre gratitude", a de son côté salué sur Twitter le Premier ministre Edouard Philippe.

L'hélicoptère s'est écrasé dans les collines du massif de la Nerthe, au nord de Marseille, sur la commune des Pennes-Mirabeau, pour une raison encore inconnue. L'enquête a été confiée à la gendarmerie du transport aérien. L'hypothèse d'un accident dû à une mauvaise visibilité à cause du brouillard était envisagée mais reste à être confirmée, selon des sources proches de l'enquête.

Lundi matin, les pompiers ont pu accéder en 4X4 dans la zone très escarpée de l'accident, et ont levé les corps des victimes, ont constaté des journalistes de l'AFP. Deux fourgons mortuaires les ont ensuite emmenés vers l'hôpital de la Timone, ont indiqué les pompiers.

Les victimes sont un pilote de la sécurité civile, un mécanicien opérateur de bord et un secouriste des pompiers des Bouches-du-Rhône.

- "Une rivière devant la maison" -

Sur la Côte d'Azur, les fortes pluies qui se sont abattues dimanche soir ont fait deux morts dans le Var, selon la préfecture.

A Fréjus (Var), le propriétaire d'une pension de chevaux a été emporté par les eaux. "Hier soir j'ai entendu les chiens aboyer, j'ai ouvert la porte pour les faire taire et j'ai vu une rivière devant la maison", a décrit en larmes sur BFMTV sa compagne, Delphine Orval.

Son conjoint, qui voulait sauver les chevaux enfermés dans leurs boxes, n'est jamais revenu: "On l'a rappelé plusieurs fois, on lui a dit +Reviens, reviens+, il est quand même parti, au moment où il y avait le plus de courant et plus de réponse...". Son corps a été retrouvé par les pompiers dans la nuit.

Toujours dans le Var, à Saint-Paul-en-Forêt, un berger apparemment parti dans la nuit pour faire rentrer ses bêtes, a été emporté dans son 4x4, alors qu'il tentait de franchir un gué.

Des écoles sont fermées lundi à Fréjus et Roquebrune.

Météo France dans son bulletin à 06H00 a levé l'alerte rouge pluie-inondation sur le Var et les Alpes-Maritimes: "la décrue se confirme" même si les niveaux d'eau restent élevés.

En revanche, trois départements --Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse-- restent en vigilance orange pour inondations.

Dans les Alpes-Maritimes, les communes de Mandelieu-la-Napoule et Cannes ont été les plus touchées, avec plusieurs quartiers inondés. Tous les établissements scolaires et lycées, seront fermés à Cannes, Mandelieu et Pegomas.

Cet épisode méditerranéen a entraîné l'annulation de très nombreux événements culturels et sportifs dimanche, dont le match à Monaco entre l'ASM et le PSG.

Cinémas fermés dans les Alpes-Maritimes, forêts interdites au public: après les six morts de la semaine dernière dans le Var, les autorités préfectorales à Nice et Toulon avaient reconnu l'état de catastrophe naturelle pour près de 150 communes.

Le trafic des trains express régionaux, interrompu entre Toulon (Var) et Vintimille, à la frontière italienne, et entre Cannes et Grasse (Alpes-Maritimes) a repris lundi matin, selon la SNCF. En revanche, une partie de la ligne à grande vitesse aux alentours d'Avignon était inondée, nécessitant le détournement des TGV sur les voies classiques.

bur-ol-iw-jp/mdm/rhl