Plus de 60 personnes ont été arrêtées dimanche au Kazakhstan, lors d'une manifestation pour protester contre la mort en détention d'un militant d'opposition, pour laquelle la version des autorités de ce pays d'Asie centrale est mise en doute.

Les journalistes de l'AFP ont vu au moins 40 manifestants être interpellés par la police près de la mairie d'Almaty, la plus grande ville du Kazakhstan, où deux groupes d'oppositions avaient appelé à se rassembler.

Au moins 26 autres personnes ont été détenus à d'autres endroits d'Almaty avant même d'avoir pu atteindre le lieu prévu du rassemblement, a indiqué à l'AFP Dimach Aljanov, responsable du groupe Oyan Qazaqstan, l'un des organisateurs.

Deux journalistes font partie des personnes arrêtées dimanche.

Cette action visait à protester après la mort en prison de Doulat Agadil, 42 ans, militant d'opposition arrêté pour avoir participé à des manifestations non autorisées.

L'opposant avait été interpellé lundi soir à son domicile et conduit dans une prison de la capitale, Nur-Sultan. Selon les autorités, il était "ivre" au moment de son arrestation et sa mort est due à "une crise cardiaque".

Immédiatement après l'annonce de sa mort, une manifestation avait eu lieu devant le ministère de l'Intérieur, qui avait déjà donné lieu à une dizaine d'arrestations.

Les soutiens de Doulat Agadil mettent en doute la version des autorités à propos de sa mort et exigent la démission du ministre de l'Intérieur et le démantèlement du puissant Conseil de sécurité.

En novembre, Doulat Agadil avait fait parler de lui en s'échappant de détention, avant d'être retrouvé deux jours plus tard. L'année dernière, il avait passé plus de 60 jours en prison.