Le territoire de l'Amazonie, région qui sera au coeur d'une grande assemblée au Vatican à partir de dimanche, s'étend sur 7,8 millions de kilomètres répartis entre neuf des douze pays de l'Amérique du Sud, principalement le Brésil (67%), la Bolivie (11%) et le Pérou (13%), selon des données rassemblées par le Saint-Siège.

Des parties de l'Equateur, de la Colombie, du Venezuela, de la Guyana, du Suriname et de la Guyane française en font également partie.

Les forêts amazoniennes couvrent approximativement 5,3 millions de km2, ce qui représente 40% de la forêt tropicale globale. C'est à peine 3,6% de l'ensemble des terres émergées de la planète.

L'Amazonie abrite 20% de l'eau douce non gelée de la planète, 34% des forêts primaires et 30 à 50% de la faune et la flore du monde.

Le territoire amazonien contient une des biosphères géologiquement les plus riches et complexes de la planète.

La surabondance naturelle d'eau, de chaleur et d'humidité fait que les écosystèmes de l'Amazonie abritent environ 10 à 15% de la biodiversité terrestre.

Actuellement, le taux d'extinction des espèces en Amazonie, à cause des activités humaines (déforestation, incendies et changement d'utilisation du sol), est mille fois plus important que celui du processus naturel.

La population urbaine de l'Amazonie est en forte augmentation, représentant entre 70 et 80% de la population (d'environ 34 millions de personnes), tandis que la population rurale diminue.

Ce phénomène touche aussi les populations indigènes, qui totalisent 3 millions de personnes faisant partie d'environ 380 peuples.