L'idéologue et numéro 2 des Khmers Rouges Nuon Chea est mort à 93 ans

Publié le à Phnom Penh (AFP)

L'idéologue et numéro deux des Khmers rouges Nuon Chea est mort dimanche à 93 ans, a annoncé dimanche à l'AFP un porte-parole du tribunal cambodgien devant lequel il avait été condamné pour "génocide" et "crimes contre l'humanité".

"Nous sommes en mesure de confirmer que l'accusé Nuon Chea (...) est décédé le soir du 4 août 2019", a déclaré le porte-parole, Neth Pheaktra, sans apporter de précisions sur les causes du décès.

Nuon Chea était l'un des principaux dirigeants khmers rouges, dont le régime fit quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979.

En 2014, il avait été condamné à la prison à perpétuité pour "crimes contre l’humanité", une peine confirmée en 2016 en appel.

Il avait également été reconnu coupable en 2018 de "génocide" à l'encontre de Vietnamiens, de membres de la communauté des Chams et d'autres minorités religieuses. Ce chef d'accusation ne concernait pas les massacres, fussent-ils de masse, des Khmers par les Khmers qui ne sont pas considérés par les Nations unies comme un génocide.

Né le 7 juillet 1926 dans la province de Battambang (nord-ouest), Nuon Chea avait étudié le droit à la prestigieuse université de Thammasat à Bangkok de 1941 à 1948.

Il avait adhéré au mouvement de jeunesse du Parti communiste thaïlandais, puis rejoint le Cambodge, où il avait intégré la résistance contre la puissance coloniale française. Il avait alors aidé à organiser, avec Pol Pot (décédé en 1998), le futur Parti communiste du Kampuchéa.

Nuon Chea n'avait été arrêté qu’en 2007.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.