Le Paris SG, dominateur, a enchaîné un deuxième succès d'affilée, dimanche à Nice (3-0), qui l'éloigne de la crise et lance enfin sa saison, dans la foulée supersonique de sa star Kylian Mbappé, buteur pour son retour.

Peut-être fallait-il voir un signe dans le ciel niçois. Un violent orage a éclaté à 90 minutes du match, provoquant de courtes coupures de courant à l'intérieur de l'Allianz Riviera, avant de s'interrompre juste avant le coup d'envoi.

Minés par une entame polluée par des blessures, des cas de Covid-19, des suspensions, deux défaites d'entrée, et un début de bagarre embarrassant lors du "Clasico" perdu contre l'OM (1-0), les Parisiens entrevoient aujourd'hui des jours meilleurs, après un voyage sur la Côte d'Azur dont ils auront rapporté le soleil.

Chez un adversaire qui jouera la Ligue Europa cet automne, à huis clos, le PSG a remporté sa seconde victoire de la saison en Ligue 1, en se montrant bien plus convaincant que lors de sa première contre Metz (1-0), arrachée mercredi dans les arrêts de jeu.

"J'ai vu un effort de toute l'équipe, une victoire méritée, pas facile. Ca nous donne un bon sentiment maintenant", a reconnu l'entraîneur Thomas Tuchel, tout en insistant sur "la phase de souffrance" que traversent ses joueurs, "très fatigués" après le match.

Mais le retour des cadres atteints par le nouveau coronavirus, dont celui de Neymar -- suspendu à Nice -- et le calendrier allégé à venir dessinent une piste de décollage idéale pour le champion en titre, qui a retrouvé, avec Mbappé, un puissant moteur.

- Mbappé "impressionnant" -

Testé positif au nouveau coronavirus le 7 septembre, "Kyky" a brillé pour son retour à la compétition, avec un but marqué en force sur un penalty qu'il a lui-même provoqué (38e), et un débordement de 50 mètres à l'origine du deuxième, signé Angel di Maria (45e+1).

"Il a fait quelque chose d'impressionnant, ce n'est pas facile et pas normal! Je n'attendais pas trop de lui, mais il a montré qu'il pouvait toujours faire la différence pour nous, avec sa vitesse et sa faim de marquer", a indiqué le technicien allemand.

Le jeune champion du monde de 21 ans, habitué à battre les records de précocité, n'est pas du genre à jouer avec le frein à main, même s'il n'a participé qu'à deux entraînements collectif pour se mettre en jambes.

Il s'est imposé sur l'aile gauche, face à Youcef Atal qui a payé cher pour être aux premières loges du "show Mbappé", avec plusieurs petits ponts subis. "On ne doit jamais le laisser prendre de la vitesse, et être si facile avec le ballon. C'est notre faute à nous", a estimé le Niçois Morgan Schneiderlin.

L'ancien Monégasque n'a pas été loin du doublé (7e, 11e, 25e, 64e, 69e), avant de sortir (79e).

- "Pas grave" pour Gueye -

En plus de Mbappé, le retour des autres cadres ayant contracté le nouveau coronavirus en septembre a transformé le PSG. Le but du K-O a ainsi été signé de la tête par le capitaine Marquinhos (66e), qui a repris un superbe coup franc de Di Maria, encore très en forme - deux stars guéries récemment du Covid-19.

Le gardien Keylor Navas s'est aussi mis en valeur, avec de belles parades (53e, 78e, 88e) sur les rares tentatives niçoises.

Le buteur Mauro Icardi aurait bien aimé se joindre à la fête, mais il a trouvé le poteau (57e). Le "Goleador" n'a plus marqué pour son club depuis le 29 février.

Bref, le rouleau compresseur s'est mis en marche, sans que le "Gym", trop tendre, ne puisse le perturber. Sans leur avant-centre Kasper Dolberg, positif au Covid-19, les hommes de Patrick Vieira ont manqué de tranchant.

L'après-midi aurait été parfaite pour le PSG sans la sortie pour blessure du milieu Idrissa Gueye (22e), qui s'est plaint d'une cheville. "Ce n'est pas grave", a indiqué Tuchel après la rencontre.

Après Juan Bernat (genou) et Thilo Kehrer (ischios), l'infirmerie commence à se remplir à Paris, comme cela a été le cas toute la saison passée - une autre façon de comprendre que le club est proche du retour à la normale.