Déjà la tête à Barcelone? Sans Neymar et sans brio à trois jours de défier le Barça, le Paris SG a difficilement battu Nice (2-1) samedi pour rejoindre Lille en tête de la Ligue 1 et doubler Lyon, refroidi par Montpellier (2-1).

- Paris dans la douleur -

Au moins, la victoire est au rendez-vous pour les Parisiens, qui ont esquivé de nouvelles blessures et évité tout faux pas malvenu juste avant leur grand rendez-vous contre le FC Barcelone mardi en huitièmes de finale aller de Ligue des champions.

Pour ne rien gâcher, la défaite de Lyon (3e, 52 pts) permet au PSG (54 pts) de prendre temporairement les commandes de la L1 en se hissant à hauteur de Lille (54 pts), opposé dimanche à Brest (17h00).

Mais c'est un résultat un peu en trompe-l'oeil: l'équipe de Mauricio Pochettino a été longtemps malmenée par Nice au Parc des Princes, en dépit de l'ouverture du score de Julian Draxler, qui avait bien suivi après une tentative de Mauro Icardi sur le poteau (22e).

Sans Neymar (adducteur) ni Di Maria (cuisse), tous deux indisponibles pour Barcelone, on attendait beaucoup les fulgurances de Kylian Mbappé mais ses accélérations n'ont pas donné grand-chose.

En seconde période, les Niçois en ont profité: Rony Lopes a fait mouche d'un tir puissant entré avec l'aide de la transversale (50e) après une relance catastrophique du capitaine parisien Marquinhos. Pas très rassurant avant d'affronter Lionel Messi et consorts...

Les Azuréens auraient même pu prendre l'avantage si la tentative d'Amine Gouiri n'avait pas échoué sur la barre (61e).

En fin de rencontre, alors que Paris subissait, c'est Moise Kean qui a libéré son équipe d'une tête sur une remise splendide et sans contrôle d'Icardi (76e). Soit le 10e but cette saison en L1 pour l'attaquant italien et un gros soulagement pour Paris avant Barcelone...

"C'était un match professionnel de notre part, pas forcément brillant", a reconnu Pochettino. "A partir de maintenant, on peut parler de Barcelone (...). L'équipe sera prête."

- Lyon congelé à domicile -

Coup de froid à l'OL: invaincu entre septembre et janvier, Lyon a concédé samedi sa deuxième défaite en l'espace de trois semaines, chutant contre Montpellier dans les frimas du stade de Décines-Charpieu (2-1).

Malgré un trio d'attaque Kadewere-Toko Ekambi-Memphis Depay ("KTM") en grande forme ces dernières semaines, l'équipe lyonnaise a cette fois patiné: en dehors d'un premier quart d'heure emballant, les Gones ont été trop souvent mis en danger par les contre-attaques montpelliéraines.

Sur une action d'école, Andy Delort a expédié un centre de l'extérieur du pied pour la tête tout en puissance de Téji Savanier (20e).

L'OL, bousculé, a certes réagi en égalisant par Lucas Paqueta de près juste avant la pause (45e+2). Mais il a semblé fébrile derrière, à l'image de cette tentative qui a échoué sur le poteau du gardien Anthony Lopes (16e).

Résultat: le bouillant portier s'est mis à la faute en repoussant mal un coup franc de Savanier, permettant à Elye Wahi de marquer dans le but vide (65e) et d'acter le sursaut du MHSC (8e, 35 pts) avec cette troisième victoire consécutive toutes compétitions confondues.

- Lens freiné à Reims -

De son côté, Lens (6e, 37 pts) a laissé échapper de précieux points dans la course à l'Europe en concédant un nul frustrant 1-1 contre Reims, pourtant archi-dominé.

Menés au score contre le cours du jeu sur un but du Kosovar Arber Zeneli (13e), les Lensois ont égalisé par Florian Sotoca (61e).

Mais pour le reste, que de ratés dans la finition! Comme ce penalty expédié dans les nuages par Gaël Kakuta (45e), ou ces multiples parades du gardien rémois Predrag Rajkovic.

Grâce à ce "point de la solidarité", selon les mots de l'entraîneur rémois David Guion, Reims (13e, 29 pts) rejoint Nice (14e, 29 pts) et continue de grignoter des points dans la course au maintien.