Lille règne sur le derby et la Ligue 1: vainqueur 4-0 d'un RC Lens réduit à neuf, le Losc a pris la tête lors de la 7e journée, marquée dimanche par le sursaut de Lyon, bousculé à Strasbourg (3-2) mais enfin victorieux deux mois après.

- Lille, le nouveau patron -

Les gifles retentissent-elles davantage dans un stade à huis clos ? Même sans ses supporters en raison du couvre-feu sanitaire, Lille (1er) a sèchement battu son voisin et rival Lens (5e) dimanche soir au stade Pierre-Mauroy dans un derby dont l'enjeu était la première place.

Solides derrière, cliniques devant, les Lillois ont expédié le surprenant promu lensois avec une tête de Burak Yilmaz (11e), puis une reprise seul dans la surface de Jonathan Bamba (48e), passeur décisif sur les troisième et quatrièmes buts signés Jonathan Ikoné (69e) et Yusuf Yazici (79e).

Rude retour sur terre pour Lens, cinquième après un début de saison réussi: le Racing pouvait difficilement espérer mieux après les exclusions de Jonathan Gradit (57e) et Clément Michelin (75e).

"On est tombés face à de très bons joueurs qui ont nous ont complètement surpassés. C'est une soirée compliquée", a soupiré le capitaine lensois Yannick Cahuzac au micro de la chaîne Téléfoot.

En remportant le premier derby disputé depuis 2015, les Dogues s'emparent du fauteuil de leader avec 17 points, deux de plus que le Paris SG (2e) et Rennes (3e). Surtout, le Losc reste la seule équipe invaincue en L1 avec le Stade rennais, de bon augure avant de retrouver la Ligue Europa jeudi face au Sparta Prague.

"On est premiers actuellement mais on va rester quand même bien les pieds sur terre", a commenté l'entraîneur lillois Christophe Galtier sur Téléfoot.

- Nice engrange, Montpellier frustre Monaco -

Autre club français engagé en C3, jeudi prochain à Leverkusen, Nice (4e) a engrangé points et confiance en s'imposant 3-1 à Saint-Etienne.

Au stade Geoffroy-Guichard, le "Gym" s'est imposé sur deux bourdes du gardien stéphanois Jessy Moulin exploitées par Pierre Lees-Melou (8e) et Amine Gouiri (30e). Saint-Etienne a réduit la marque par Adil Aouchiche (57e) mais les Verts ont ensuite été punis par Myziane Maolida (90e+1).

Résultat: ça se resserre dans la course à l'Europe, puisque seuls trois points séparent Nice (4e) et Angers (11e) au classement.

Les Aiglons profitent aussi du nul (1-1) obtenu à Monaco par Montpellier, qui a bien résisté à dix après l'exclusion précoce de Téji Savanier (19e).

Un penalty transformé par Wissam Ben Yedder (70e) a répondu à une chevauchée solitaire de Stephy Mavididi (51e), et les deux clubs restent à égalité aux 7e et 8e places.

- Lyon, ouf de soulagement ! -

C'est une victoire qui fait beaucoup de bien à l'OL: après cinq matches sans gagner (4 nuls, 1 défaite), l'équipe de Rudi Garcia a enfin renoué avec le succès dimanche à Strasbourg... non sans avoir tremblé!

Dans une rencontre endiablée, l'OL a mené 3-0 grâce à Tino Kadewere (12e) puis un doublé de Karl Toko Ekambi (25e, 42e), et trois passes décisives de Memphis Depay. Mais Strasbourg a réduit la marque avec Habib Diallo (43e) et Jean-Eudes Aholou (55e) avant de pousser les Lyonnais dans leurs retranchements.

Quoi qu'il en soit, les Gones remontent au 9e rang (10 pts). De quoi reprendre confiance avant d'affronter coup sur coup Monaco, Lille et Saint-Etienne.

"On a réussi à mettre trois buts et gagner ce match qui nous met un peu plus haut au classement et qui nous annonce de belles perspectives", a savouré Karl Toko Ekambi.

- Nantes écoute Gourcuff, Antonetti retrouve Metz -

En bas du classement, Christian Gourcuff avait parlé d'"urgence à prendre des points" et Nantes (15e) l'a écouté.

L'équipe canari a remporté contre Brest (3-1) sa deuxième victoire de la saison, la première depuis fin août, grâce à Randal Kolo Muani (16e), Ludovic Blas (30e) et Kader Bamba (79e).

Du côté de Metz (14e), Frédéric Antonetti, manager général longtemps resté loin des terrains, a repris dimanche son rôle d'entraîneur N.1.

Et la dynamique messine reste positive avec un nul 1-1 rapporté d'Angers: penalty de Thomas Mangani pour le SCO (38e) avant l'égalisation d'Opa Nguette... du genou (39e).