Epilogue mouvementé du feuilleton Cavani, geste d'agacement de Kylian Mbappé envers son entraîneur, fête d'anniversaire de Neymar... Alors qu'il enchaîne les bons résultats avant d'aller à Nantes mardi (21h05), le Paris SG, côté institution, traverse une période de tests. Pour en sortir plus fort?

Il a suffi de quelques secondes, samedi lors du large succès contre Montpellier (5-0), pour escamoter un mois d'excellents résultats. La colère visible de Mbappé au moment de rejoindre le banc a réveillé l'hypothèse d'un conflit entre l'avant-centre et son coach Thomas Tuchel.

De quoi pousser le technicien allemand à une mise au point lundi en conférence de presse, à la veille du match de la 23e journée, où presque toutes les questions tournaient autour de ce sujet devenu brûlant.

"Il n'y a rien de personnel entre lui et moi. Ces choses arrivent. C'est entre un joueur qui ne veut pas sortir, et un entraîneur qui a ses raisons d'agir et qui veut aussi faire jouer ceux qui l'ont mérité", a clarifié l'Allemand.

Celui-ci s'est exprimé dimanche devant le groupe, ainsi qu'avec le directeur sportif Leonardo. A deux semaines du 8e de finale aller de Ligue des champions contre Dortmund, les deux hommes voient leur autorité mise à l'épreuve.

Après Mbappé, c'est l'anniversaire de Neymar, célébré dimanche soir dans une discothèque branchée de la capitale, qui a fait causer - "pas la meilleure façon de préparer un match, ni la pire chose qui peut nous arriver non plus", selon Tuchel.

Il y a aussi eu les propos du Brésilien, excédé, envers le quatrième arbitre, à la mi-temps du match, captés par les caméras de Canal+: "Parle français... mon cul!", a-t-il répondu au membre du corps arbitral qui lui demandait de parler en français alors que le Brésilien s'exprimait en portugais.

- "Priorité au sportif" -

Avant Mbappé, c'est le dossier Edinson Cavani qui avait agité le club, autour d'un joueur, adulé par les supporters, qui avait exprimé son envie de rejoindre l'Atlético Madrid dès janvier. Cette fois, Leonardo est monté au créneau devant les journalistes, vendredi au dernier jour du mercato, pour assurer que l'attaquant allait rester.

Arrivé cet été en remplacement d'Antero Henrique, au management contesté, le directeur sportif italo-brésilien réussit pour le moment son retour, entre sa gestion du cas Neymar - qui connaît sa meilleure période au club - et celle du transfert avorté de Cavani qui a encore démontré sa réputation d'homme dur en affaire.

"La priorité, c'est le sportif, ce sont les matches", a-t-il déclaré vendredi, comme en écho aux déclarations de Tuchel qui était "triste", samedi, car "on donne l'occasion de parler d'autre chose que du sportif."

Le tandem formé par "Leo" et "TT" semble tenir bon, mais c'est bien lors des prochaines échéances que sa solidité sera la plus éprouvée.

"J'ai toujours dit qu'on a besoin d'une institution courageuse et forte. C'est absolument nécessaire. J'ai l'impression que nous sommes forts, tous ensemble", a rappelé lundi l'ancien entraîneur du Borussia Dortmund.

Après les secousses du week-end, Mbappé est attendu de pied ferme à Nantes. Neymar, lui, ne sera pas du déplacement, en raison d'une lésion chondro-costale survenue samedi, quand Edinson Cavani apparaît bien dans le groupe. Pour un retour à la normale.