La cheffe des démocrates critique l'accord migratoire USA-Guatemala

Publié le à San Salvador (AFP)

La présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, a exprimé vendredi ses doutes sur l'efficacité du statut de "pays tiers sûr" que contient l'accord sur le droit d'asile conclu fin juillet entre les États-Unis et le Guatemala, lors d'une visite au Salvador.

"Je ne suis pas personnellement convaincue par l'efficacité du (statut de) +pays tiers sûr+, je ne pense pas que c'est une solution" pour résoudre les problèmes d'immigration aux États-Unis, a déclaré l'élue démocrate, une des principales opposantes au président Donald Trump sur la politique migratoire.

La cheffe des démocrates, à la tête d'une délégation de 14 membres du Congrès en visite en Amérique centrale, a rappelé qu'elle avait interrogé la veille les autorités guatémaltèques sur "les termes" de l'accord sur le droit d'asile conclu fin juillet entre les États-Unis et le Guatemala.

Cet accord fait du pays le plus peuplé d'Amérique centrale un "pays tiers sûr" où les migrants désireux de se rendre aux États-Unis effectueraient les démarches de demande d'asile.

Jeudi, Mme Pelosi avait qualifié de "scandaleuse" et "inhumaine" la situation des milliers de migrants à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, lors d'une conférence de presse au Guatemala.

La signature du pacte migratoire a soulevé un tollé au Guatemala. Opposants et ONG font valoir que ce pays, où 60% de la population vit en-deça du seuil de pauvreté, sera bien incapable d'accueillir dignement les migrants cherchant à gagner les États-Unis, comme le prévoit l'accord.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.