La Corée du Nord enchaîne les essais militaires, "pas de problème" pour Trump

Publié le à Séoul (AFP)

Pyongyang a effectué vendredi son troisième tir de projectiles en huit jours, selon Séoul, au moment même où le président américain Donald Trump affirmait que ces essais ne lui posaient "pas de problème".

Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU interdisent à la Corée du Nord de réaliser des lancements de missiles balistiques et plusieurs membres de l'exécutif onusien ont condamné ce regain d'activité militaire de Pyongyang.

Cela n'a pas été le cas du dirigeant de la Maison blanche qui, à la faveur de la détente apparue en 2018 sur la péninsule coréenne, a rencontré trois fois en un an le leader nord-coréen Kim Jong Un.

"Ca ne me pose pas de problème, nous verrons ce qu'il se passera, mais les (missiles à) courte portée sont très communs", a-t-il déclaré à des journalistes.

Lors de leur troisième entrevue, en juin dans la Zone démilitarisée, MM. Kim et Trump étaient convenus de reprendre les négociations.

Mais cet engagement ne s'est pas concrétisé et Pyongyang a averti récemment que le processus pourrait échouer si des manoeuvres militaires communes entre Washington et Séoul se déroulaient comme prévu la semaine prochaine au Sud.

- Vitesse élevée -

Nombre d'experts considèrent que les essais militaires nord-coréens visent à augmenter la pression sur les Etats-Unis.

Vendredi matin, le Nord a tiré de sa côte est deux projectiles qui ont volé sur une distance d'environ 220 kilomètres, atteignant une altitude de 25 kilomètres et la vitesse de Mach 6,9, a indiqué l'état-major sud-coréen, soit une vitesse inhabituellement élevée pour une arme de courte portée.

Le profil de vol était relativement similaire à celui des projectiles testés mercredi et la présidence sud-coréenne y a vu probablement un "nouveau type de missile balistique de courte portée".

Jeudi, KCNA avait affirmé qu'il s'agissait d'un "tir d'essai d'un système de lancement multiple de fusées guidées de gros calibre".

La semaine dernière Pyongyang avait déjà lancé deux projectiles décrits par Séoul comme des missiles balistiques de courte portée, dont un avait parcouru environ 700 kilomètres.

M. Kim a été "encouragé" par sa poignée de main avec M. Trump dans la DMZ, estime Jean Lee, du Centre Wilson de Washington, et cherche à "donner un sentiment d'urgence sur la péninsule coréenne pour renforcer sa position avant des négociations sur le nucléaire".

"C'est sa réponse à l'affirmation de M. Trump selon laquelle il n'y a pas +pas d'urgence+ à négocier un accord nucléaire", poursuit-elle.

- Dissimulation -

Après des années de montée des tensions, qui avaient culminé en 2017 avec des menaces d'apocalypse nucléaire, 2018 a été l'année de l'apaisement et des promesses de paix.

Mais en dépit des rencontres diplomatiques, aucun progrès tangible n'a été effectué sur la voie de la dénucléarisation. Pyongyang n'a pour l'heure consenti à renoncer à aucune arme et Washington considère qu'en l'état, les sanctions ne peuvent être levées.

Le Nord a même averti que l'ensemble du processus diplomatique risquait de capoter du fait des exercices militaires prévus la semaine prochaine entre Séoul et Washington, et présenté ses essais militaires comme "un avertissement solennel aux militaires bellicistes sud-coréens".

Le Nord a "toute une gamme" de matériel militaire qu'il peut tester en réponse aux manoeuvres menées au Sud, estime Harry Kazianis, expert au Center for the National Interest.

"Cette stratégie de la corde raide aura pour effet de différer les discussions de travail au moins jusqu'à l'automne pour permettre aux deux parties de sauver la face", prédit-il.

De son côté, le Pentagone a fait savoir que les exercices conjoints auraient lieu comme prévu.

Environ 28.500 soldats américains sont déployés dans le pays. Les exercices annuels qu'ils mènent avec des dizaines de milliers de soldats sud-coréens ne manquent jamais d'irriter le Nord, qui les considère comme la répétition générale d'une invasion de son territoire.

Pyongyang possède de longue date la capacité de dévaster Séoul, située à 60 km de la frontière, avec son artillerie. Mais un système fonctionnel de projectiles guidés constituerait une menace nouvelle pour les installations en Corée du Sud, et notamment pour la base américaine de Camp Humphreys.

Des experts ont estimé que des images diffusées par la télévision nord-coréenne semblaient montrer un lance-roquettes multiple. Mais certains clichés étaient fortement pixellisés, témoignant d'une volonté de dissimulation du Nord.

A l'issue d'une réunion à huis clos du Conseil, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne ont exhorté jeudi Pyongyang à "prendre des mesures concrètes en vue de sa dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible".

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.