La pandémie de coronavirus, qui a contaminé plus de 65 millions de personnes et en a tué plus de 1,5 million, a recommencé à accélérer dans le monde, alors que les projets de vaccination massive se précisent dans plusieurs pays.

Le Covid-19 a fait à ce jour au moins 1.507.480 morts, pour plus de 65.202.960 cas, selon un décompte de l'AFP vendredi.

Et depuis le 24 novembre, plus de 10.000 nouveaux morts sont enregistrés chaque jour sur la planète (12.658 jeudi), un niveau jamais atteint auparavant.

Cette semaine, 601.700 nouveaux cas ont été enregistrés quotidiennement en moyenne, soit 4% de plus que la semaine précédente.

Le début des campagnes de vaccination est annoncé comme imminent dans un certain nombre de pays.

Au Royaume-Uni, premier pays à avoir approuvé mercredi le vaccin développé par Pfizer et BioNTech contre le Covid-19, l'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) a assuré vendredi, après des critiques sur la rapidité du processus, qu'"aucun vaccin ne serait autorisé au Royaume-Uni s'il ne respectait pas les normes de sécurité, de qualité et d'efficacité".

Le pays le plus endeuillé d'Europe (60.113 morts) commencera la vaccination la semaine prochaine, pour les résidents et le personnel des maisons de retraite.

En France (326 morts jeudi, 54.140 au total), plus la vaccination contre le Covid-19, prévue début janvier, approche, moins les Français semblent vouloir se faire vacciner: seule la moitié a l'intention de le faire, contre deux tiers en juillet, selon des chiffres officiels dévoilés par Santé publique France.

La vaccination sera gratuite pour tous, avait annoncé jeudi le Premier ministre Jean Castex. La campagne commencera en janvier pour les seniors en établissements de santé, et se poursuivra en février pour les personnes fragiles, puis au printemps pour l'ensemble de la population.

- Flambée post-Thanksgiving -

Les Etats-Unis, qui paient le plus lourd tribut avec 276.401 morts, ont enregistré jeudi plus de 210.000 nouvelles contaminations en une seule journée, un record absolu, selon l'université Johns Hopkins.

En Californie (ouest), "les hospitalisations ont augmenté de 86% juste au cours des 14 derniers jours", a expliqué le gouverneur Gavin Newsom, annonçant l'interdiction des rassemblements et activités non essentielles dans les zones à forte transmission.

Les voyages effectués il y a une semaine pour Thanksgiving par des millions d'Américains risquent de provoquer "une flambée s’ajoutant à la flambée", selon l'immunologue Anthony Fauci.

L'Agence américaine des médicaments a aussi été sollicitée par Pfizer/BioNTech et, depuis lundi, par Moderna. En cas de feu vert, les deux vaccins pourraient être disponibles fin 2020 aux Etats-Unis.

En Russie, le président Vladimir Poutine a demandé que les vaccinations "à grande échelle", gratuites, commencent "à la fin de la semaine prochaine".

Le Spoutnik V, développé par le centre de recherches Gamaleïa de Moscou, est dans la troisième et dernière phase d'essais cliniques sur 40.000 volontaires. Ses créateurs le disent efficace à 95%, comme le Pfizer/BioNTech.

Le Kazakhstan, qui développe également son propre vaccin, a indiqué qu'il commencera à produire le Spoutnik V le 22 décembre, pour une vaccination de masse "à partir de début 2021" visant prioritairement "les médecins, les enseignants et les forces de l'ordre".

Au Brésil, un comité scientifique a recommandé cette semaine que Rio de Janeiro ferme toutes ses écoles et ses plages.

Le Brésil, où l'épidémie accélère à nouveau, a enregistré plus de 700 morts quotidiens pour la première fois depuis la mi-novembre, et franchi la barre des 175.000 décès.

Le président d’extrême droite Jair Bolsonaro critique depuis le début les mesures préventives. Mais pour l’infectiologue Julio Croda, de l'Université de Mato Grosso do Sul, "si des mesures de prévention ne sont pas prises faute de leadership, nous allons assister à une tragédie".

- Scandale en Grèce -

La situation reste contrastée en Europe.

Un nombre record de 993 morts en 24 heures a été enregistré jeudi en Italie, déjà très touchée au printemps par la première vague épidémique. Le gouvernement a durci les conditions de déplacement à l'intérieur du pays pour les fêtes de fin d'année.

En République tchèque, les commerces, restaurants et musées ont rouvert.

En Grèce, le confinement en vigueur depuis un mois a été à nouveau prolongé d'une semaine en raison de taux toujours élevés de contaminations.

Une photo du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, posant sans masque aux côtés de cinq motards rencontrés lors d'une randonnée en VTT dimanche à plus d'une heure de route d'Athènes, en violation du confinement, est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Quant à la puissante Eglise orthodoxe grecque, jusqu'ici largement sceptique voire hostile aux mesures anti-Covid, son propre chef a été contaminé. Pour Chrysostomos Stamoulis, professeur de théologie à l'Université de Thessalonique, "l'arrogance a prévalu, plusieurs (prêtres) se sentant invulnérables".

Au Japon, les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo, reportés à l'été 2021 à cause de la pandémie, ont annoncé que la facture allait augmenter d'au moins 2,1 milliards d'euros, à cause des coûts liés au report et des mesures sanitaires qui seront mises en place pour l'événement.

Quant aux Mondiaux de ski freestyle et de snowboard prévus à Yanqing (Chine) du 18 au 28 février 2021, ils sont annulés, a confirmé vendredi la Fédération internationale de ski, qui cherche un nouveau site pour la compétition, ainsi que pour les Coupes du monde de ski alpin, ski de fond, saut à ski et combiné nordique, programmées en Chine début 2021 et toutes annulées.

burx-mba/avz