La Pennsylvanie et ses 20 grands électeurs étaient longtemps considérés comme acquis aux démocrates, jusqu'à ce que Donald Trump emporte en 2016 cet Etat d'un cheveu - avec quelque 44.000 votes, soit moins d'un point d'avance.

Cette année, les deux candidats y ont multiplié les déplacements, Joe Biden annonçant même d'ultimes déplacements en Pennsylvanie mardi. Ils ne cessent de souligner l'importance de cet Etat de l'Est du pays pour s'assurer la victoire le 3 novembre.

"La Pennsylvanie est cruciale dans cette élection", disait dimanche Joe Biden depuis Philadelphie, tandis que Donald Trump était plus définitif encore: "Si nous gagnons la Pennsylvanie, c'est fini", affirmait-il samedi.

Récapitulatif des principaux enjeux et motifs de tensions dans cet Etat au coeur du suspense électoral:

- "Chaque vote compte" -

Les deux grandes agglomérations de l'Etat, Philadelphie et Pittsburgh - où vivent plus de la moitié des 13 millions d'habitants de l'Etat - sont des bastions démocrates. Dans les comtés plus ruraux, la majorité est solidement républicaine.

Entre les deux, il y a des villes moyennes aux résultats incertains, comme Allentown ou la région de Scranton/Wilkes-Barre, où Joe Biden est né et se rendra mardi pour une dernière étape, tandis que Trump s'y rendait lundi.

Partout, les deux camps répètent que "chaque vote compte", avec l'espoir d'engranger un maximum de votes dans leurs bastions et de réduire l'écart là où ils sont minoritaires.

- Fracturation hydraulique et pandémie -

A en croire Donald Trump et les républicains, Joe Biden perdra la Pennsylvanie en raison de ses objections à la fracturation hydraulique - technique critiquée pour ses effets sur l'environnement mais qui a fait de cet Etat un des grands producteurs de gaz du pays. La filière affirme employer, en comptant les emplois indirects, près d'un demi-million de personnes.

Joe Biden assure cependant qu'il n'interdira pas la fracturation s'il est élu, mais refusera de délivrer tout nouveau permis d'exploitation sur des terres fédérales. Il prône aussi un abandon progressif des énergies fossiles en faveur des énergies renouvelables - position présentée par les républicains comme synonyme de chômage massif en Pennsylvanie.

Les deux candidats sont aussi aux antipodes sur la pandémie, qui a fait près de 9.000 morts en Pennsylvanie. Favorables aux restrictions sanitaires, les militants démocrates se sont longtemps interdits de faire du porte-à-porte chez les électeurs. Mais ils auraient malgré tout frappé à plus de 350.000 portes rien que samedi, selon le New York Times.

- Dépouillement tardif -

Comme ailleurs, le vote anticipé, que ce soit en personne ou par courrier, a pris une ampleur inédite en 2020 avec la pandémie et la peur de tensions le jour du vote. Selon le US Elections Project qui recense le vote anticipé Etat par Etat, plus de 2,4 millions d'électeurs - sur plus de 9 millions d'électeurs enregistrés cette année en Pennsylvanie - ont voté par anticipation, soit 10 fois plus qu'en 2016.

Mais la Pennsylvanie est l'un des Etats-clés où ces votes ne pourront pas être dépouillés avant mardi. Au moins cinq comtés ont même annoncé qu'ils ne commenceraient que mercredi.

Kathy Boockvar, responsable local des élections, a indiqué dimanche que le dépouillement prendrait "plusieurs jours", sans donner de date précise. Le maire de Philadelphie, qui a connu de violentes manifestations la semaine dernière, a appelé lundi les habitants à la "patience" et au "calme" en attendant les résultats.

Donald Trump brandit ce délai comme une source possible de fraudes, et a évoqué de possibles batailles judiciaires après le vote. "Ce n'est pas juste d'avoir à attendre longtemps après l'élection", a-t-il déclaré dimanche.

Saisie par les républicains, la Cour suprême américaine ne s'est pas opposée la semaine dernière à ce que les bulletins postés le 3 novembre soient dûment comptés s'ils sont reçus d'ici le 6 novembre. Mais trois de ses juges conservateurs n'ont pas exclu de réexaminer le dossier après l'élection.

- Sondages -

Les sondages récents pour la Pennsylvanie y donnent Joe Biden gagnant, mais l'écart s'est réduit ces dernières semaines.

Selon le dernier sondage publié lundi, par l'université Monmouth, Joe Biden a désormais cinq points d'avance, un écart insuffisant pour sortir de la marge d'erreur, renforçant le suspense à la veille du scrutin.