Lancement à Singapour d'un nouveau parti d'opposition

Publié le à Singapour (AFP)

Un nouveau parti d'opposition à Singapour, soutenu par le frère du Premier ministre, a été lancé samedi alors que les élections pourraient avoir lieu avant l'échéance de 2021.

Le Parti du progrès de Singapour (PSP), qui entend participer aux élections - prévues en 2021 mais qui, de l'avis de beaucoup, pourraient avoir lieu plus tôt -, est dirigé par Tan Cheng Bock. Ce médecin avait par le passé été candidat à la présidence et failli battre le candidat des autorités.

Le parti a reçu le soutien du frère du Premier ministre Lee Hsien Loong, dernier signe en date d'une querelle au sein de la famille sur l'héritage de leur père dans la cité-Etat.

Mort en 2015, leur père Lee Kuan Yew a dirigé Singapour pendant trois décennies. Sous la direction de son Parti d'action du peuple (PAP), Singapour est devenu l'une des économies les plus avancées d'Asie, tout en étant critiqué pour son bilan en matière de libertés.

Devant plusieurs centaines de partisans réunis dans un hôtel, un événement retransmis en direct sur les réseaux sociaux, M. Tan, 79 ans, a dénoncé ce qu'il considère comme un climat de peur qui empêcherait les gens de s'exprimer. Il a également fustigé une "érosion de la confiance" entre gouvernement et citoyens.

Si les divers partis d'opposition n'apparaissent pas comme une menace sérieuse pour le parti au pouvoir, le soutien du frère du Premier ministre pourrait donner un coup de pouce au nouveau parti.

En janvier, M. Lee, un homme d'affaires de 62 ans, qui n'assistait pas au lancement du PSP, avait déclaré sur Facebook que M. Tan était "le leader que Singapour mérite". Dans un autre post, il avait jugé que le PAP n'était plus le parti de son père.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.