Le Canada accorde l'asile à la jeune Saoudienne en fuite en Thaïlande

Publié le à Montréal (AFP)

Le Canada a décidé d'accorder l'asile à la jeune Saoudienne de 18 ans, en fuite en Thaïlande, a annoncé vendredi le Premier ministre du Canada Justin Trudeau, dont le pays est à couteaux tirés avec Ryad au sujet des droits humains.

Rahaf Mohammed al-Qunun faisait déjà route vers Toronto vendredi quand le Premier ministre canadien en a fait l'annonce.

"Nous lui avons accordé l'asile. Nous sommes ravis de le faire, car le Canada est un pays qui mesure à quel point il est important de défendre les droits de la personne et des femmes à travers le monde. Et je peux confirmer que nous avons accepté la demande de l'ONU", a déclaré à la presse le Premier ministre, peu de temps après que les autorités thaïlandaises eurent annoncé le départ de Mme al-Qunun pour le Canada.

Cette annonce vient clore un drame qui durait depuis une semaine et que la jeune femme de 18 ans avait elle-même publicisé en créant à la hâte un compte Twitter. En voyage au Koweït avec sa famille, Rahaf Mohammed al-Qunun Rahaf avait décidé de fuir le week-end dernier à l'aéroport international de Bangkok, où elle avait été arrêtée.

La décision du Canada risque d'attiser les tensions entre Ryad et Ottawa. Ryad avait annoncé en août l'expulsion de l'ambassadeur du Canada, rappelé le sien et gelé tout nouveau commerce ou investissement avec le Canada, après la dénonciation par Ottawa de l'arrestation de militants saoudiens des droits humains, dont Samar Badaoui, soeur du blogger emprisonné Raef Badaoui, dont la femme et les trois enfants vivent réfugiés à Sherbrooke, au Québec.

"La demande formelle (d'asile) a été transmise par l'ONU au Canada, nous respectons nos engagements envers l'ONU. Le pays d'origine (Arabie saoudite, ndlr) n'intervient pas dans le processus", a simplement indiqué à l'AFP un responsable gouvernemental canadien ayant requis l'anonymat.

Placée sous la protection du Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU en Thaïlande après avoir médiatisé son cas via Twitter, Rahaf Mohammed al-Qunun affirmait vouloir fuir les abus psychologiques et physiques de sa famille et demander l'asile à plusieurs pays, dont l'Australie dans un premier temps.

- "Sérieusement en danger" -

Elle a aussi affirmé à l'ONG Human Rights Watch qu'elle souhaitait renoncer à l'islam, ce qui la met "sérieusement en danger", souligne l'ONG.

La Thaïlande avait dans un premier temps l'intention de la renvoyer dans son pays à la demande des autorités saoudiennes.

Mais la jeune femme s'est barricadée dans une chambre d'hôtel de l'aéroport, postant sur Twitter une multitude de messages et de vidéos désespérés, et accédant immédiatement à la notoriété internationale.

A la suite d'une mobilisation en sa faveur sur les réseaux sociaux, les autorités thaïlandaises, qui effectuent fréquemment des refoulements à la frontière (entre 50 et 100 par an) avaient renoncé à la renvoyer contre son gré et l'avaient laissée lundi quitter l'aéroport avec des représentants du HCR.

"Le HCR va trouver un pays tiers pour l'accueillir d'ici à deux jours", avait assuré de son côté mercredi à la presse le chef de la police de l'immigration thaïlandaise, Surachate Hakparn, en mentionnant que "plusieurs pays" avaient offert de l'accueillir.

La police thaïlandaise a précisé que le père et un frère de la jeune femme s'étaient rendus à Bangkok, mais qu'elle avait "refusé de les voir".

L'Arabie saoudite est l'un des pays du monde les plus restrictifs pour les droits des femmes. Elles sont notamment soumises à la tutelle d'un homme (père, mari ou autre) qui exerce sur elle une autorité arbitraire et prend à leur place les décisions importantes.

L'affaire Qunun a pris une dimension particulière après le meurtre début octobre du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien d’Istanbul en Turquie.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.