Selfies, drapeaux chinois et sécurité aux aguets : les habitants de Chengdu, dans le sud-ouest de la Chine, profitaient de leur dimanche pour immortaliser le consulat américain avant sa fermeture, ordonnée par Pékin en représailles à une mesure identique des Etats-Unis.

Les tensions dans les relations sino-américaines, déjà alimentées notamment par la guerre commerciale et les accusations mutuelles sur l'origine du Covid-19, sont montées d'un cran mardi quand le gouvernement de Donald Trump a donné 72h pour fermer le consulat de Chine à Houston au Texas, sur fond d'accusations d'espionnage dignes de la Guerre froide.

La Chine a pris vendredi une mesure similaire contre la mission diplomatique américaine de Chengdu, une métropole de 16,5 millions d'habitants.

Dimanche, un flot ininterrompu de curieux se pressait devant le consulat pour s'y faire photographier ou se prendre en selfie, tandis que des parents se promenaient avec leurs enfants. Les abords du bâtiment étaient entourés par un important dispositif policier, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Et une certaine tension était palpable au sein des forces de sécurité, qui ne toléraient aucun geste provocateur ou signe de joie trop manifeste face au départ des Américains.

Une passante qui s'apprêtait à entamer un chant nationaliste a ainsi été rapidement priée de se taire, selon une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Des journalistes de l'AFP ont par ailleurs vu une banderole être confisquée par la sécurité. Mais un riverain a pu toutefois déployer sur son balcon un imposant drapeau chinois et crier le nom de son pays.

Pékin n'a pas précisé dans quel délai devait fermer le consulat de Chengdu. Mais, samedi, l'insigne américain a été retiré et un car aux vitres teintées a été vu dimanche quitter l'enceinte diplomatique, sous les huées d'une partie du public.

- "Réponse légitime" -

Outre leur ambassade à Pékin, les Etats-Unis comptent cinq consulats en Chine continentale (Canton, Shanghai, Shenyang, Chengdu, Wuhan) ainsi qu'un à Hong Kong.

La mission de Chengdu, inaugurée en 1985, couvre tout le sud-ouest de la Chine, notamment la région autonome du Tibet.

La décision de la fermer constitue "une réponse légitime et nécessaire aux mesures déraisonnables des Etats-Unis", s'est expliquée la diplomatie chinoise vendredi.

La réaction de la Chine semble relativement mesurée : des nationalistes chinois avaient appelé sur les réseaux sociaux le régime communiste à fermer le consulat des Etats-Unis à Hong Kong, ce qui aurait certainement alimenté l'escalade.

Ce territoire autonome chinois a été secoué l'an dernier par d'importantes manifestations contre le pouvoir central. Et Pékin a plusieurs fois dit soupçonner les Etats-Unis d'avoir été derrière ces manifestations.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a assuré jeudi que le consulat de Chine à Houston était une "plaque tournante de l'espionnage et du vol de propriété intellectuelle".

Cette métropole, la quatrième la plus grande des Etats-Unis, est notamment un grand pôle mondial de recherche biologique et médicale.

Washington a expliqué que cette fermeture n'était cependant pas une réponse à un dossier spécifique.

En 2013, la Chine avait demandé des explications aux Etats-Unis après la parution dans la presse d'une carte, divulguée par le lanceur d'alerte Edward Snowden, montrant des sites d'espionnage américain dans le monde. Le consulat de Chengdu y figurait.