L'épidémie de coronavirus continue de se propager à vive allure sur la planète, provoquant la paralysie d'une partie de l'Italie et un nouvel effondrement lundi des marchés boursiers asiatiques, en particulier à Tokyo.

Si la Chine semble sortir de l'ornière avec seulement 22 décès en 24 heures --portant le total à 3.119 morts depuis décembre-- et un nombre quotidien de contaminations (40) au plus bas depuis le début du décompte en janvier, les autres pays voient le nombre de morts et de cas bondir sur leur territoire.

Ils multiplient par conséquent les mesures pour tenter d'endiguer la maladie Covid-19 qui a atteint plus de 109.000 personnes et tué 3.792 personnes dans une centaine de pays et qui a fait un premier mort sur le continent africain, en Egypte.

Dans ces circonstances, les Bourses asiatiques ont chuté lundi à l'ouverture: à Tokyo, l'indice vedette Nikkei a sombré de 4,6% et le Topix de 4,24% en début de séance avant de creuser davantage leurs pertes à -6,15% et -6,07% respectivement à la pause de midi (03H00 GMT).

A Hong Kong, l'indice Hang Seng a plongé de 3,87% dans les premiers échanges. En Chine continentale, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a reculé de 1,56% et celui de la Bourse de Shenzhen a perdu 1,66%.

L'Italie, désormais pays le plus touché après la Chine avec 366 décès et 7.375 cas positifs, a placé dimanche un quart de sa population en quarantaine, une mesure inédite en Europe.

- Restrictions italiennes -

Les mesures de confinement jusqu'au 3 avril couvrent une vaste zone dans le Nord du pays allant de Milan, la capitale économique, à Venise, haut lieu du tourisme mondial. Les déplacements y sont strictement limités.

La province chinoise du Hubei, où l'épidémie a démarré en décembre avait pris des dispositions similaires, plaçant notamment 56 millions d'habitants en quarantaine.

De plus, les musées, salles de sport, piscines, discothèques, salles de jeux et pubs doivent rester fermés dans toute l'Italie, selon le décret signé dans la nuit de samedi à dimanche par le chef du gouvernement Giuseppe Conte.

Des mutineries ayant fait au moins un mort ont éclaté dimanche dans quatre prisons italiennes après la suspension des visites familiales.

La Corée du Sud, troisième pays le plus touché, a annoncé lundi son plus faible nombre quotidien de nouvelles contaminations (248) en deux semaines, ce qui porte le total à 7.382. Elle déplore 51 décès.

L'Egypte a annoncé dimanche son premier décès, également le premier sur le continent africain: il s'agit d'un Allemand de 60 ans. Par ailleurs, un bateau de croisière avec 171 passagers dont 101 touristes étrangers, a été évacué à Louxor (sud) après la découverte de 45 cas, portant le nombre de cas en Egypte à 48.

La France a interdit les rassemblements de plus de 1.000 personnes. Cinquième pays le plus touché, l'épidémie y a fait 19 morts et 1.126 personnes sont contaminées.

L'Iran a annoncé 49 nouveaux décès --la plus forte hausse quotidienne depuis ses premiers cas le 19 février-- portant à 194 le total des morts sur 6.566 cas. La compagnie publique Iran Air a suspendu tous ses vols vers l'Europe.

- Inéluctable -

Le bilan s'est alourdi aux Etats-Unis avec 21 morts --dont 17 ayant un lien avec une maison de retraite de l'Etat de Washington (nord-ouest)-- et plus de 500 cas de contamination. Plusieurs Etats, sur la trentaine affectés, ont déclenché l'état d'urgence pour débloquer des ressources fédérales.

Le navire de croisière Grand Princess, bloqué au large de San Francisco avec 21 cas parmi les 3.553 passagers et membres d'équipage, va pouvoir accoster lundi à Oakland (Californie). Le Canada a fait savoir dimanche soir qu'il rapatrierait par avion, à la demande des Etats-Unis, ses 237 ressortissants à bord.

Par ailleurs, le sénateur du Texas et ancien candidat à la présidentielle de 2016 Ted Cruz a annoncé dimanche soir sa mise en quarantaine volontaire. Il a serré la main d'une personne porteuse du virus lors du récent grand rendez-vous annuel des conservateurs, auquel ont également participé le président Donald Trump et le vice-président Mike Pence.

Les annulations d'événements sportifs continuent de s'enchaîner. Dernière en date: le tournoi de tennis d'Indian Wells, un des plus importants des circuits ATP et WTA qui devait débuter lundi en Californie.

A contrario, le complexe Shanghai Disneyland a partiellement rouvert lundi.

burs/elm/bfi