Souvent mal compris, le "Covid long" doit être une priorité des autorités sanitaires dans la lutte mondiale contre la pandémie, a exhorté jeudi l'OMS, quelques heures avant un sommet virtuel au cours duquel les pays de l'UE tenteront de faire front commun face à la menace des variants.

Les personnes souffrant de symptômes pendant une longue période "doivent être entendues si nous voulons comprendre les conséquences à long terme et la guérison du Covid-19", a ainsi estimé Hans Kluge, le directeur de la branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cet appel intervient à un moment où les autorités sanitaires sont notamment focalisées sur les campagnes de vaccination pour tenter de juguler la pandémie et scrutent l'essor de variants britannique et sud-africain qui font planer le spectre de nouvelles flambées des contaminations.

La question du "Covid long" est "une priorité claire pour l'OMS, et de la plus haute importance. Cela doit l'être pour toutes les autorités sanitaires", a insisté M. Kluge pendant une conférence de presse, déplorant que ces symptômes de long terme se heurtent trop souvent à "de l'incrédulité ou à un manque de compréhension".

Si quelques études commencent à lever un coin du voile, on ne sait toujours pas vraiment pourquoi certains malades atteints du Covid-19, affichent ensuite pendant des mois des symptômes comme une fatigue extrême, des difficultés respiratoires et des troubles neurologiques et cardiaques parfois très sévères.

L'OMS Europe a appelé les pays de la zone qu'elle couvre et les institutions européennes à mettre en place "un programme de recherche commun", et souhaite "une stratégie régionale" en la matière.

- Vaccins de deuxième génération -

En attendant, les dirigeants de l'Union européenne devaient se réunir jeudi après-midi en sommet virtuel pour tenter d'afficher une stratégie commune face à la menace des variants du coronavirus, en dépit de restrictions à la circulation non coordonnées et de vives divergences sur le futur "passeport vaccinal".

Les Européens veulent notamment être parés au cas où de nouveaux vaccins, de deuxième génération, seraient rendus nécessaires par les mutations du virus : Bruxelles a déjà promis un feu vert réglementaire accéléré.

L'alliance Pfizer/BioNTech a annoncé jeudi qu'elle allait tester l'efficacité d'une troisième dose de son vaccin contre le Covid face aux variants. La veille, la société américaine de biotechnologie Moderna avait fait savoir qu'une version modifiée de son vaccin, spécifiquement mise au point contre le variant sud-africain, était prête pour les essais cliniques.

Le même jour, les autorités américaines avaient de leur côté confirmé l'efficacité du remède unidose de Johnson & Johnson, y compris contre des variants circulant en Afrique du Sud et au Brésil, sur la base des données des essais cliniques.

L'injection d'un vaccin contre le Covid-19 sera obligatoire pour les soldats philippins, l'armée se préparant à recevoir les première doses du laboratoire chinois Sinovac.

La Sierra Leone, un pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, doit pour sa part recevoir jeudi 200.000 doses de vaccin Sinopharm offertes par la Chine.

La secrétaire au Trésor américaine Janet Yellen a appelé le même jour les Etats du G20 à accroître leur soutien aux pays pauvres, pour les aider à se fournir en vaccins, mais aussi à continuer à apporter leur soutien à leurs propres économies, affectées par la pandémie.

Les institutions internationales telles que le FMI et la Banque mondiale ont fourni une aide d'urgence "indispensable" depuis le début de la pandémie et doivent rester des acteurs majeurs pour surmonter la crise sanitaire et économique actuelle, a-t-elle aussi estimé.

Faute d'avoir pu convaincre les personnes éligibles de recevoir une injection, la Bulgarie est quant à elle devenue le premier pays de l'Union européenne à abandonner la stratégie des groupes prioritaires, proposant désormais l'immunisation à toute la population.

- Nouvelles restrictions -

Pour endiguer une hausse du nombre des cas de Covid-19 sur tout ou partie de leur territoire, plusieurs pays continuent aussi d'annoncer des restrictions. La Finlande va ainsi fortement durcir les mesures en vigueur et fermer notamment ses bars et ses restaurants pendant trois semaines à compter du 8 mars.

La France va de son côté demander des tests PCR négatifs de moins de 72 heures à compter de lundi prochain pour les déplacements non professionnels de frontaliers entre l'Allemagne et le département de la Moselle, l'un des plus touchés par la pandémie.

Et le match de rugby du Tournoi des six nations opposant la France à l'Ecosse, prévu pour dimanche, a dû être reporté après la détection jeudi d'un nouveau cas positif au Covid-19 dans les rangs français, déjà décimés par le coronavirus.

En Italie, le match du Championnat prévu pour vendredi soir entre le Torino et Sassuolo a lui aussi été reporté en raison de cas groupés de cette maladie dans le club turinois.

La Chine a par ailleurs démenti jeudi avoir infligé un dépistage anal du Covid-19 à des diplomates des Etats-Unis, dans l'espoir de désamorcer une polémique naissante entre les deux puissances.

Selon des médias américains, des employés du département d'Etat en poste sur le territoire chinois se sont plaints d'avoir subi "par erreur" un dépistage rectal, jugé plus fiable que les méthodes traditionnelles, alors qu'il en sont en principe exemptés.

burx-ode/bds