L'Europe, Italie en tête, a franchi lundi une nouvelle étape dans le déconfinement de ses populations mais la plus grande prudence reste de mise face au coronavirus qui a fait près de 250.000 morts dans le monde.

Dans l'espoir de lever des fonds pour financer la recherche d'un vaccin et de traitements, l'Union européenne a organisé lundi à Bruxelles une conférence mondiale des donateurs, avec le soutien des principaux dirigeants européens mais sans celui de Washington.

Organisatrice de ce téléthon planétaire, en ligne, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, espère réunir 7,5 milliards d'euros.

En pleine campagne électorale, Donald Trump a lui voulu faire souffler un vent d'optimisme quant à une fin prochaine de la pandémie.

"Les médecins vont dire: vous ne devriez pas dire cela", mais "nous pensons que nous aurons un vaccin d'ici la fin de cette année", a affirmé le président américain dimanche soir à Fox News.

Des propos immédiatement relativisés par la communauté scientifique. "Je serais ravi si c'était possible d'y parvenir en quelques mois mais je trouve qu'il nous faut rester réaliste, cela peut durer aussi des années", a résumé le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn.

- "L'urgence n'est pas terminée" -

C'est avec d'infinies précautions qu'une quinzaine d'Etats européens ont à leur tour entrepris lundi d'alléger les mesures de confinement imposées depuis de longues semaines à leurs habitants.

A commencer par l'Italie, pays le plus frappé du continent avec près de 29.000 morts, où les habitants sont désormais autorisés à sortir, selon des schémas variant selon les régions.

A Rome, Stefano Milano, 40 ans, ne cache pas sa "joie" de regagner un peu de liberté et de pouvoir recevoir un cousin alors que son fils s'apprête à "souffler ses bougies" d'anniversaire. Mais il confie aussi sa "peur" qu'une éventuelle relance de la pandémie n'affecte ses parents âgés.

"L'urgence n'est pas terminée", martèle la ministre de l'Intérieur, Luciana Lamorgese.

Du Portugal à la Serbie, de nombreux autres pays ont également allégé lundi le confinement, l'Autriche, pionnière en la matière, se risquant même à une rentrée scolaire partielle, de même que certains Länder allemands.

Athènes est ainsi sortie de sa léthargie, avec notamment une ruée sur les coiffeurs. "J'avais hâte de pouvoir ressortir, reprendre une vie sociale, et me faire tailler la barbe pour ne plus ressembler à un ours", plaisante Alexis Protopappas, devant un barbier du quartier de Pagrati.

- Le casse-tête des écoles -

Hors d'Europe, le Nigeria, la Tunisie ou le Liban ont aussi levé lundi certaines restrictions. "Nous venons de traverser un mois de faim et de peine. Maintenant je peux à nouveau gagner de l'argent et nourrir ma famille", se réjouit Ganiyu Ayinla, chauffeur de mini-bus à Lagos.

En Inde, la réouverture des magasins d'alcool s'est traduite par des bousculades, malgré les consignes de distanciation sociale.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, seule la découverte d'un vaccin ou d'un remède permettra de mettre fin à la pandémie qui paralyse l'économie mondiale.

Une centaine de projets de vaccins ont été lancés à travers le monde, dont une dizaine en phase d'essais cliniques, selon des données diffusées par la London School of Hygiene & Tropical Medicine.

D'ici la découverte d'un remède, le respect des gestes barrières et de la distanciation sociale restent de mise.

Un impératif qui tourne au casse-tête pour les pays qui prévoient de rouvrir les écoles. A l'image de la France, où près de 25.000 morts ont été dénombrés et où cette décision, qui doit prendre effet à partir du 11 mai, suscite la controverse.

Au Canada, le Premier ministre Justin Trudeau a reconnu ignorer s'il enverrait ses enfants à l'école s'il habitait au Québec, province où une rentrée est également prévue le 11 mai. "Ca va être une décision extrêmement personnelle pour beaucoup de parents", a-t-il reconnu au micro de Radio-Canada.

- Morosité à Broadway -

L'Espagne, où le Covid-19 a fait plus de 25.000 morts, a redécouvert les joies du sport et de la promenade. Le déconfinement du pays doit se poursuivre par phases d'ici la fin juin.

En Allemagne, où la levée des restrictions est déjà bien enclenchée, le ministre des Sports s'est dit favorable à une reprise de la saison de football. Ce qui ferait de l'Allemagne le premier grand championnat européen à franchir ce pas.

La pandémie a fait au moins 247.503 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, dont quelque 144.000 en Europe.

Aux Etats-Unis, pays le plus endeuillé avec près de 70.000 décès, les deux tiers des 50 Etats ont mis une levée des mesures de confinement à l'ordre du jour, afin de relancer l'économie.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a affirmé dimanche disposer de "preuves immenses" que le nouveau coronavirus provenait d'un laboratoire sensible de la ville de Wuhan, berceau de la pandémie. Des propos jugés "déments" par la télévision chinoise.

L'impact économique de la pandémie, particulièrement dramatique dans les pays pauvres, n'épargne pas les Etats les plus riches.

Aux Etats-Unis, où plus de 30 millions de nouveaux chômeurs ont été recensés, la morosité règne à Broadway, où nul ne sait quand les théâtres pourront rouvrir. "L'humeur générale parmi mes collègues, quant à gagner sa vie en jouant de la musique, n'a jamais été aussi sombre", relève Maxim Moston, violoniste dans la comédie musicale "Moulin Rouge".

burx-phs/sg