Des maisons englouties jusqu'au toit, des habitants évacués en bateau et des quartiers entiers avec les pieds dans l'eau: les rives du lac Poyang, dans le centre de la Chine, paient cet été un lourd tribut aux inondations.

Le plus grand lac d'eau douce du pays est comme tous les ans envahis par les eaux du Yangtsé, le plus long fleuve d'Asie, avec lequel il communique.

Mais la montée des eaux s'avère dramatique cette année avec les précipitations qui s'abattent depuis début juin sur le bassin du Cyanosé, les plus graves depuis 1961.

Dans cette région aux 400 millions d'habitants, près du tiers de la population chinoise, les intempéries ont fait au moins 141 morts et disparus. Près de 15 millions de personnes ont dû quitter leur habitation depuis début juillet.

Les eaux ont dépassé la cote d'alerte dans plus de 400 rivières et même atteint des records au lac Poyang, dépassant les niveaux enregistrés en 1998 lorsque les inondations estivales avaient fait plus de 4.000 morts dans toute la Chine.

Dans cette province du Jiangxi, les autorités ont mobilisé 100.000 personnes, dont des militaires occupés à entasser des sacs de sable pour renforcer les digues.

Mais aucune amélioration n'est en vue et les autorités ont déclenché l'alerte maximale en aval au lac Taihu, une vaste étendue d'eau aux portes de Shanghai.

En amont, des glissements de terrain ont fait deux morts et quatre disparus jeudi dans l'immense municipalité de Chongqing (sud-ouest).

L'ensemble du bassin du Yangtsé va à nouveau être arrosé par de fortes pluies dans les prochains jours, selon les services de météorologie.

Conséquence de la crue, le barrage des Trois gorges du Yangtsé, l'un des plus grands du monde, fonctionne à plein régime. Le réservoir géant en amont du barrage hydro-électrique reçoit un débit de 31.000 m3 par seconde, selon l'agence Chine nouvelle.