Les nombreux candidats à l'investiture démocrate pour la présidentielle américaine de novembre battaient samedi la campagne dans le petit Etat rural de l'Iowa, où, à deux jours du premier vote de la saison des primaires, le suspense restait entier.

Trois poids lourds de la course ont été retenus cette semaine à Washington par leurs fonctions de sénateurs, pour le procès en destitution du président Donald Trump: le socialiste Bernie Sanders, premier dans les sondages de l'Iowa, la progressiste Elizabeth Warren et la modérée Amy Klobuchar.

Libérés vendredi soir le temps du week-end, ces candidats qui espèrent être choisis pour défier Donald Trump lors de l'élection présidentielle de novembre ont multiplié les meetings samedi.

La fin du procès en destitution, commencé il y a plus de deux semaines, a été fixée à mercredi, quand le Sénat votera sur le sort du président républicain, avec un acquittement prévu des chefs d'abus de pouvoir et d'entrave au travail du Congrès. Ce qui serait une victoire retentissante pour celui qui espère décrocher un second mandat.

Ce procès historique a provoqué une situation inédite en privant de campagne plusieurs grands noms en lice dans l'Iowa, qui historiquement sert de tremplin électoral.

Un bon résultat ici pourra propulser un candidat vers de nouvelles victoires dans les Etats qui voteront en cascade ensuite, à commencer par le New Hampshire huit jours après. Un revers pourra signer la fin de la route.

Huit candidats au total ont quadrillé l'Iowa samedi.

A 78 ans, Bernie Sanders est porté par une partie de la jeunesse. Son équipe a organisé des concerts de soutien ce week-end avec en tête d'affiche les groupes Bon Iver et Vampire Weekend, qui avait déjà joué pour lui il y a quatre ans.

"Nous devons battre et nous battrons le président le plus dangereux de l'histoire moderne de ce pays", a-t-il lancé sur un campus à Indianola samedi, en qualifiant Donald Trump de "raciste, sexiste, homophobe et xénophobe".

A l'adresse de ceux qui le jugent trop radical pour rassembler, le sénateur s'est présenté en candidat le plus apte à "battre Trump" car il sait attirer "des millions de gens qui habituellement ne votent pas".

- "Une femme à la Maison Blanche" -

Partageant avec lui l'aile gauche de l'électorat démocrate, la sénatrice progressiste Elizabeth Warren est arrivée dans le gymnase d'un lycée d'Iowa City sur la chanson emblème de sa campagne, l'hymne des femmes qui travaillent: "9 to 5" de Dolly Parton.

Devant quelque 900 personnes, elle a appelé à se "rassembler pour battre Donald Trump".

"Il est temps d'avoir une femme à la Maison Blanche", a scandé la foule avant son arrivée.

Bénévole pour la campagne d'Elizabeth Warren, Ayana Elizabeth Johnson était arrivée la veille de New York.

"Ses propositions sont extraordinairement complètes et stratégiques et bien pensées, et en même temps je crois que parmi tous les candidats, c'est elle qui est le plus à même de les mettre en oeuvre", explique-t-elle à l'AFP.

Impact inattendu du procès en destitution, la sénatrice a expliqué que, faute de temps, elle devait rompre avec sa tradition de rester des heures pour faire des selfies, laissant à la place... son chien Bailey.

Partout dans cet Etat de trois millions d'habitants, des milliers de bénévoles s'activaient pour convaincre passants ou voisins de voter pour leur champion. Près d'un électeur démocrate de l'Iowa sur deux se disait encore indécis cette semaine.

Lundi soir, à 19H00 (01H00 GMT mardi), plus de 600.000 habitants affiliés au parti démocrate sont invités à se présenter dans environ 1.700 salles pour exprimer publiquement leur choix, en se regroupant sous la bannière d'un candidat.

- Espoir d'une surprise -

Une chose les unit: tous veulent battre Donald Trump en novembre.

C'est l'argument numéro un de l'ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden.

"On a besoin d'un président qui sera prêt dès le premier jour", répète ce vétéran de la politique, 77 ans, premier dans les sondages au niveau de tous les Etats-Unis, mais derrière Bernie Sanders dans l'Iowa.

Ici, les habitants prennent leur rôle de premiers électeurs dans la primaire à coeur, interrogeant les candidats en petit comité.

Comme Joe Biden, Pete Buttigieg, 38 ans, a multiplié les rencontres pendant que leurs rivaux sénateurs étaient coincés au Congrès.

Ancien consultant, réserviste de l'armée et maire d'une petite ville, premier candidat homosexuel à avoir des chances de remporter l'investiture, "Mayor Pete" met en avant sa jeunesse face à Joe Biden. Quant à Bernie Sanders, il diviserait trop, insinue-t-il.

Il n'est pas le seul nouveau visage révélé par la campagne. Amy Klobuchar, 59 ans, autrefois sénatrice méconnue, a progressivement grimpé dans les intentions de vote. Elle espère une surprise lundi.