Les images de cibles pulvérisées tournent en boucle sur les télévisions. Pour venger ses soldats tués en Syrie et inverser le rapport de forces, la Turquie se sert d'une nuée de drones armés, dont elle est l'un des principaux fabricants dans le monde.

Ces appareils télépilotés ont infligé de lourdes pertes en hommes et matériel aux forces du régime syrien dans la province d'Idleb (nord-ouest), où Ankara a lancé de vastes représailles après la mort de 34 de ses soldats jeudi dans des frappes attribuées à Damas.

L'armée syrienne a affirmé avoir abattu au moins trois de ces drones turcs, mais l'allié russe de Damas qui contrôle le ciel dans le nord-ouest de la Syrie ne semble pas être intervenu face aux appareils d'Ankara.

Le recours très médiatisé à ces drones permet à la Turquie non seulement de frapper en Syrie sans risquer la vie de ses pilotes, mais aussi de faire la promotion de ces appareils dont il ambitionne de devenir un exportateur de premier plan.

"L'utilisation de drones par la Turquie lors de cette opération est sans précédent dans son histoire militaire moderne", explique à l'AFP l'analyste de défense Arda Mevlutoglu. "Ce recours efficace aux drones semble avoir changé la dynamique de la guerre civile en Syrie et influé sur les tractations diplomatiques".

- "Frappes plus efficaces" -

Les drones militaires turcs sont produits par Baykar, une compagnie dirigée par le gendre du président Recep Tayyip Erdogan, Selcuk Bayraktar, et par Turkish Aerospace Industries (TAI).

La Turquie "est le leader d'un groupe de pays qui montent dans ce domaine technologique et essayent d'avoir un impact", estime Dan Gettinger, co-directeur du Center for the Study of the Drone au Bard College à New York.

Ankara a par le passé affirmé avoir éliminé des centaines de combattants de la rébellion kurde dans des frappes de drones, mais le théâtre d'opération syrien lui permet de montrer son savoir-faire dans ce domaine.

Pour Ozgur Eksi, rédacteur en chef du magazine spécialisé C4Defence, le recours massif aux drones ces derniers jours a rendu les frappes turques "plus efficaces".

Notant que les forces armées turques avaient détruit plus de cent chars du régime syrien en l'espace de quelques jours, il a souligné que "sans drones, une telle entreprise prendrait beaucoup plus de temps et aurait mis en danger la vie de soldats turcs".

Outre les frappes qu'ils mènent, ces drones servent aussi à marquer des cibles qui sont ensuite visées par l'artillerie ou des avions de combat.

"Cela permet à la Turquie de mener des frappes à distance, contournant ainsi l'espace aérien syrien tout en infligeant de lourdes pertes aux forces syriennes", affirme M. Mevlutoglu, l'analyste de défense.

- "Source de fierté" -

M. Gettinger estime que la Turquie dispose de 94 drones armés de type Bayraktar TB2 fabriqués par Baykar. Bien que de petite taille, cet aéronef est doté d'un système d'armement capable d'éliminer des véhicules blindés.

L'engouement de la Turquie pour les drones n'est pas nouveau. Selon M. Gettinger, Ankara s'est lancé dans le développement de ces appareils dans les années 1990 pour ne pas dépendre d'autres pays pour s'en procurer, notamment les Etats-Unis et Israël, avec lesquels les relations sont souvent tendues.

M. Erdogan répète à l'envi que la Turquie ambitionne de se placer parmi les dix premiers exportateurs d'armes au monde d'ici 2023, année du centenaire de la République turque.

"Si nous sommes en mesure de mener nos opérations (militaires) sans avoir besoin de l'aide de qui que ce soit, c'est grâce au travail que nous avons accompli et aux résultats que nous avons obtenus", a-t-il dit dans un discours lundi.

A ce jour, la Turquie a exporté des drones vers le Qatar et l'Ukraine, selon M. Gettinger, et elle en a déployé aussi en Libye en soutien au gouvernement de Tripoli face à l'homme fort de l'Est libyen Khalifa Haftar.

La Turquie travaille aussi avec des pays comme l'Indonésie et le Pakistan pour les aider à produire localement des drones avec des moyens technologiques turcs.

"La Turquie essaye inlassablement de promouvoir ses drones à l'étranger, car cette industrie est une grande source de fierté pour elle", souligne M. Gettinger.