"Restez chez vous!": avec un soleil radieux sur l'Hexagone et le début des vacances, les appels se multiplient pour que les Français respectent le confinement, au moment où les transferts de malades se poursuivent contre un virus qui a fait plus de 7.500 morts dans le pays.

Des joggeurs au milieu de familles sur les bords du canal de l'Ourcq à Paris, des passants dans les rues à Marseille, des enfants jouant par groupes dans des cours d'immeubles... par endroits, le confinement se relâche en ce début de vacances de Pâques.

"C'est les vacances, il fait beau, ne cédez pas à la tentation, restez au maximum chez vous", a exhorté Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, l'une des les plus sévèrement touchées par l'épidémie et où le "système de santé est complètement saturé".

Plus tôt, le directeur général de l'AP-HP Martin Hirsch déplorait la présence de "trop de monde dans les rues, trop de flâneurs, trop de promeneurs" à Paris, croisés par les soignants se rendant à leur travail.

Dans la Manche, la préfecture a rappelé que les plages sont interdites d'accès. Olivier Paz, maire de Merville-Franceville en Normandie, pestait sur Twitter contre "les résidents secondaires (...) sortis de leur confinement pour venir en Normandie".

Un imprudent qui voulait s'acheter des cigarettes en Espagne a dû être secouru en hélicoptère alors qu'il s'était perdu dans les Pyrénées.

"Le mot déconfinement a été prononcé trop tôt" par le gouvernement, entraînant un "relâchement" dans la population, a estimé le patron des députés LR Damien Abad.

"Je ne comprends même pas qu'on parle du déconfinement, ça continue d'arriver constamment", déplorait Nathalie (prénom modifié), infirmière au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), racontant des services complètement submergés de malades.

- Nouveaux transferts -

De nouveaux patients franciliens atteints du Covid-19 devaient être transférés dimanche à la mi-journée à bord de deux trains médicalisés vers la Bretagne. La région a déjà accueilli 6 patients du Haut-Rhin et 36 d’Ile-de-France (IDF).

Au total, selon la DGS, plus de 550 patients dans un état critique ont été évacués depuis le 18 mars, du Grande Est et d'IDF vers des régions moins saturées.

Confinée depuis le 17 mars pour lutter contre l'expansion du coronavirus, la France a enregistré 441 décès supplémentaires dans les dernières 24 heures à l'hôpital. Avec 2.028 décès dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux, cela porte à 7.560 le total des morts. Samedi, plus de 6.800 personnes se trouvaient en réanimation.

Le virus a atteint l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon. Wallis-et-Futuna reste le seul endroit du territoire français épargné.

Depuis vendredi, début des congés scolaires dans la zone C, qui regroupe les académies d'Ile-de-France et d'Occitanie, plus de 160.000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour tuer dans l'oeuf toute velléité de départ en vacances.

Sur ce point, les Français semblent avoir compris le message. "Les départs en vacances, qui étaient un peu redoutés, sont globalement reportés à une date ultérieure", a constaté le capitaine Sylvain Guilhon, qui participait samedi à un dispositif de surveillance de la gendarmerie autour de Bordeaux, en hélicoptère.

Mesure supplémentaire des autorités: les hébergements de tourisme n'ont pas le droit d'accueillir du public dans toutes les communes du littoral de Nouvelle-Aquitaine, de la Charente-Martime aux Pyrénées-Atlantiques.

La perspective d'une poursuite du confinement au-delà du 15 avril semble probable mais le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, a indiqué samedi qu'il était "impossible" de savoir quand les élèves pourraient retourner en classe.

- Nouvelle livraison de masques de Chine -

Tandis que le débat sur les masques continue de faire rage, le ministre de la Santé Olivier Véran a rappelé samedi que la France avait commandé près de deux milliards de masques en Chine. Airbus a acheminé ce week-end quatre millions de masques vers l'Europe, dont une partie pour la France.

La course contre la montre engagée pour trouver un remède contre la maladie se poursuit, et mardi débutera en France un essai clinique consistant à transfuser du plasma sanguin de personnes guéries du Covid-19 - contenant des anticorps dirigés contre le virus - vers des malades en phase aiguë.

L'épidémie de Covid-19, vraisemblablement issu de la faune sauvage, est une alerte "sans précédent, sur le lien entre crise de la biodiversité et crise sanitaire", alerte Sébastien Moncorps, de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui appelle à mieux protéger les écosystèmes.

Au plan économique, le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a assuré au Journal du Dimanche que L'Etat apporterait "les moyens financiers nécessaires aussi longtemps que la crise durera", afin d'éviter "un naufrage" de l'économie lié à la pandémie.

Pour aider les entreprises à passer le choc du confinement, l'Etat a annoncé qu'il garantirait jusqu'à 300 milliards d'euros de prêts bancaires, soit l'équivalent de 15% du Produit intérieur brut (PIB) français.