Les Bourses mondiales grimpaient mercredi tout en surveillant les résultats d'une élection présidentielle américaine à couteaux tirés entre Donald Trump et Joe Biden.

Wall Street s'envolait en début de séance, en particulier l'indice à forte coloration technologique Nasdaq, qui gagnait 4,36% vers 18H30 (16H30 GMT). Les autres indices n'étaient pas en reste, comme le Dow Jones Industrial Average, en hausse de 2,88% et le S&P 500 de 3,33%.

Après des ouvertures en nette baisse le matin, vite corrigées, les principales places européennes ont progressé au cours de la journée pour toutes finir en forte hausse. Paris a pris 2,44%, Londres 1,67%, Francfort 1,95%, Milan 1,96%.

Les cours du brut repartaient de l'avant: le prix du baril de pétrole WTI pour livraison en décembre gagnait 3,29% à 38,90 dollars et celui de Brent pour livraison en janvier 3,42% à 41,07 dollars.

En hausse depuis le début de la séance européenne, les deux cours de référence ont progressé encore davantage après l'annonce d'une baisse surprise des stocks de brut aux Etats-Unis.

Il restait impossible plusieurs heures après la fermeture des bureaux de vote américains de connaître avec certitude le nom du prochain président, l'incertitude étant encore très forte dans certains Etats clés, dont la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin.

- Attendre vendredi -

"Il faudra probablement attendre jusqu'à vendredi pour le résultat dans le Michigan, encore plus longtemps vraisemblablement pour la Pennsylvanie", observe Gilles Moëc, chef économiste de Axa IM.

Le président américain Donald Trump a cherché à semer le doute mercredi sur les opérations de dépouillement en cours, évoquant des fraudes sans fournir de preuves.

"Hier soir j'avais une bonne avance, dans de nombreux Etats clés", a-t-il tweeté. "Puis, un par un, ils ont commencé à disparaître magiquement avec l'apparition et le comptage de bulletins surprise".

Il s'agit en réalité du dépouillement de bulletins arrivés par courrier, qui pourraient mettre plusieurs jours à être comptés dans certains Etats. Dans la nuit, le comptage de ces bulletins a réduit l'avance de M. Trump dans le Michigan et le Wisconsin, deux des Etats-clés dont dépend l'issue de l'élection.

Peu après, son adversaire démocrate Joe Biden a promis une lutte "sans répit jusqu'à ce que chaque bulletin soit compté", également sur Twitter.

"Pour le moment, tout semble positif sur les cours, mais cela peut s'inverser", prévient Andrea Tueni, analyste de Saxo Banque, pour qui les marchés ont pour l'instant été "complaisants" vis-à-vis de l'incertitude électorale.

L'indécision dans les premières heures après la fin du scrutin était une possibilité prise en compte par les marchés.

- Obligations prisées -

Le dollar évoluait à l'équilibre (+0,07% face à l'euro à 1,1723 dollar pour un euro, +0,01% face au yen à 104,49 yens pour un dollar).

Sur le marché obligataire européen et américain, les taux d'intérêt reculaient sur la dette à dix ans, signe de la recherche de titres réputés plus sûrs que les actions.

Le contexte d'incertitude est grand également sur la composition du prochain Congrès américain, maillon capital pour l'application du programme du prochain président. C'est surtout le cas pour le Sénat, la Chambre des représentants demeurant démocrate.

Même si la "vague bleue" démocrate n'est pas survenue, Joe Biden restait au dernier pointage en tête au niveau du nombre de grands électeurs.

Le candidat de 77 ans a remporté dans la matinée le Maine et l'Arizona, ce dernier Etat représentant un premier revers pour Donald Trump.

A Francfort, les valeurs défensives étaient le plus recherchées à l'image du groupe de santé Fresenius Medical Care (+6,96%), tout comme Sanofi (+6,31%) à Paris.

Le titre du livreur de repas Delivery Hero a également gagné 7,8%, bénéficiant notamment de l'instauration de confinements partiels en Europe.

Plusieurs valeurs à Londres profitaient de la hausse du dollar par rapport à la livre, AstraZeneca (+6,88%), et British american tobacco (+3,54%) en faisaient partie.

burx-fs/cgu/oaa