Les rassemblements du 1er mai - EN DIRECT

Publié le à PARIS ( AFP) (AFP)

13H30 - En Alsace - Quelque 2.200 personnes ont manifesté à Strasbourg, selon les organisateurs, sous les banderoles de la CGT, la FSU et Solidaires, mais aussi de FO. La CFDT, absente du cortège, a de son côté organisé un barbecue géant et un débat sur l'emploi dans un petit village bas-rhinois.
13H10- Matraqué - Le cortège intersyndical lyonnais termine sa marche place Bellecour, sous une pluie battante et au son de l'Internationale. Parmi les manifestants, des employés de Kem One, l'entreprise chimique en redressement judiciaire, dont Alain Labat (CGT) qui se montre très pessimiste: "Nous les ouvriers, on nous matraque de tous côtés, chaque année on manifeste", dit-il à Julie Pacorel-Mouttet, de l'AFP.
12H50 - Midi-Pyrénées - A Toulouse, quelque 5.700 manifestants selon les organisateurs, 3.000 selon la police, ont défilé sur les boulevards, la CGT en tête de cortège, "contre l'austérité, pour l'emploi et le progrès social", a constaté le journaliste de l'AFP Guy Clavel.
12H45 - En chanson - Une Marseillaise marque la fin du discours de Marine Le Pen à Paris.
12H36 - Chef - "Il faut maintenant un vrai chef, un chef qui agisse enfin, la France ne peut plus attendre", affirme encore Marine Le Pen à Paris.
12H35 - Terminée - Fin de manifestation à Bordeaux où 1.700 personnes selon la police, 6.000 selon l'intersyndicale, ont défilé pendant plus de deux heures à travers le centre-ville, précise Julie Fraysse, du bureau bordelais de l'AFP.
12H30 - "Sainte-alliance" - "Un an de gauche et jamais les banquiers n'ont été aussi riches !", s'indigne Marine Le Pen à Paris. La patronne du FN renvoie aussi dos à dos Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche) et Laurence Parisot (Medef), évoquant une "sainte-alliance des intérêts et du profit aux deux faces inversées mais en réalité complémentaires".
12H17 - Au Père Lachaise - "La Republique pour toujours, les revendications tout de suite": plus de 300 militants FO marchent en silence dans une des allées pavées et tranquilles du Père Lachaise en direction du mur des Fédérés, qui porte encore l'impact des balles qui tuèrent des Communards en 1871.
Barbecue rémois
12H10 - Barbecue - Fin des prises de parole à Reims, les sympathisants CFDT-Unsa-CFTC, qui sont maintenant environ 300, se rapprochent du barbecue géant installé sur la pelouse pour l'apéritif et le repas.
12H09 - Nouvelles recrues - Marine Le Pen revendique un niveau d'adhésions "historique" au FN: "si nous n'avons pas encore le pouvoir, nous avançons, et la France et les Français avec nous ! Ce malgré un système politique qui a totalement cadenassé les modes de scrutin".
12H06 - Chiffré - Alors que le début du cortège marseillais arrive porte d'Aix, son point final, la CGT communique le chiffre de 10.000 manifestants, la police estimant, quant-à-elle, le nombre de personnes à un peu plus de 3.000. La manifestation se termine en chansons, avec "La lutte finale", dans une ambiance très calme.
12H01 - Descente aux enfers - Place de l'Opéra à Paris, Marine Le Pen entame son discours sur le thème de la France dans la nuit et dans les ténèbres, dans "le long et sombre tunnel d'une descente aux enfers" avec Hollande comme avant avec Sarkozy, rapporte Mathieu Demeestere, journaliste politique à l'AFP.
12H00 - Sous le soleil - "Mobilisons nous !": à Nice, la CGT ouvre le bal sur la Promenade des Anglais, avec poussettes et chiens. A Marseille, où le soleil brille aussi, Mireille Chessa, secrétaire fédérale de la CGT-13, prévient le gouvernement que "la déception est en train de virer à la colère".
11H52 - Le Pen à l'Opéra - Début du discours de la présidente du Front national devant des milliers de sympathisants, à Paris.
11H50 - FO fait bande à part - Près du cimetière du Père Lachaise, plusieurs dizaines de militants de Force ouvrière s'apprêtent à honorer la mémoire des Communards et leur politique sociale, comme ils le font chaque année depuis 1998, constate notre journaliste Anne-Sophie Labadie. Mots d'ordre: "opposition à l'accord national sur l'emploi" et "bagarre contre l'austérité".
11H48 - Queue de manif - Alors que la tête du cortège marseillais tourne boulevard des Dames en direction de la porte d'Aix, un responsable CGT explique qu'aucune estimation du nombre des manifestants n'est encore possible, "la queue de la manif n'étant pas encore partie du Vieux-Port".
11H42 - Oeillets - Dans le cortège marseillais, aux drapeaux syndicaux se mêlent ceux du Front de Gauche qui vend des oeillets rouges en vue de financer le voyage en bus de ses militants vers Paris pour la manifestation de dimanche "contre l'austérité et pour une VIe République".
11H35 - Pétard mouillé - La CGT annule son défilé nantais pour cause de météo exécrable, après le rassemblement de plusieurs centaines de personnes en centre-ville pendant près d'une heure.
"Une autre Europe"
11H33 - Divisions - "Le pluralisme syndical est bon pour la démocratie mais l'éclatement nuit à l'efficacité syndicale", lance à Reims Luc Bérille, patron de l'Unsa, alors que les syndicats sont en profond désaccord sur la réforme du marché du travail.
11H23 - "Une autre Europe" - Les prises de parole des leaders syndicaux ont commencé près de Reims. "Le désendettement des Etats doit être progressif et les conditions qui sont imposées aux citoyens européens sont inacceptables. Il faut faire une autre Europe économique et sociale", déclare à la tribune le patron de la CFDT Laurent Berger.
11H21 - Boutique - Sur la place de l'Opéra, à Paris, un petit stand vend les produits dérivés du FN. On peut y acheter des casquettes "Aimez-la ou quittez-la" ou "Fier d'être Français", des pin's' "Touche pas a mon peuple", ou encore les deux livres de Marine Le Pen.
11H20 - A gauche toute à Bordeaux - "Contre l'austérité, construisons une opposition de gauche à ce gouvernement!", reprennent de concert quelques centaines de manifestants à Bordeaux, sous une pluie fine.
11H18 - "Pas nombreux" à Lille - Sous un soleil radieux, les manifestants CGT-Sud-Solidaires mais aussi Lutte ouvrière et PCF s'apprêtent a s'élancer de la Porte des Postes, un quartier populaire, rapporte Emmanuelle Michel, de l'AFP. L'ambiance est festive, mais certains laissent échapper des "on n'est pas nombreux": 400 à 500, selon une première estimation de la police.
11H15 - Top départ - Le défilé marseillais CGT-FSU-SUD quitte le Vieux-Port pour remonter la rue de la République, derrière un slogan "unité des travailleurs: l'austérité et la flexi-sécurité, ce n'est pas la solution".
11H07 - Déçu - Témoignage d'un manifestant à Marseille: Je suis venu pour protester contre la politique menée actuellement. Il n'y en a que pour les patrons, et rien pour les ouvriers. Je suis là aussi en soutien à nos collègues de Florange et Gandrange pour dire mon mécontentement face à la gestion de Mittal, tout en regrettant le peu de mobilisation dans le sud-est où pourtant le bassin industriel autour de l'étang de Berre est touché", dit Josselin, 26 ans, mécanicien chez Arcelor Mittal à Fos-sur-Mer.
11H04 - Clairsemé - Temps froid et léger crachin pour le rassemblement commun CFDT-Unsa-CFTC sur un terrain de sport de Cormontreuil, dans la banlieue de Reims. Environ 200 militants attendent les prises de parole des 3 leaders, constate Alain Julien, correspondant de l?AFP.
10H56 - Le grand Ouest dans la rue - A Nantes, des manifestants courageux convergent vers la place du Commerce pour le défilé de la CGT sous une pluie battante et glacée, raconte Alexandra Turcat, de l'AFP. A Rennes, quelques centaines de personnes sont rassemblées place de la Mairie, notamment sous les drapeaux CGT, FO, CNT, PCF et EELV, selon notre correspondant Christian Gauvry.
10H51 - Choc économique - "Pour 3,2 millions de chômeurs en métropole ce n'est pas un jour de fête ! Il faut un choc économique à la France", tweete la députée UMP Valérie Rosso-Debord.
10H50 - Marseille se prépare - Sur le Vieux-Port, les militants de la CGT, SUD et Solidaires se rassemblent, dépliant banderoles et drapeaux, alors que passent parmi eux touristes se baladant appareils photos en bandoulière et clients des poissonnières, constate Laure Brumont, journaliste AFP. Le temps est couvert et frais pour un 1er mai marseillais.
10H37 - Gerbe - Marine Le Pen et son père Jean-Marie Le Pen déposent une gerbe place des Pyramides, devant la statue de Jeanne d'Arc, où avaient lieu traditionnellement les discours du 1er mai frontiste avant 2012.
10H35 - Slogans frontistes - Des fumigènes bleus et rouges sont régulièrement allumés dans le cortège, où les jeunes du FNJ défilent en bonne place, sous une nuée de drapeaux tricolores. Parmi leurs slogans: "Hollande démission!", "On est chez nous!", "Ni droite ni gauche, Front national", rapporte Andréa Bambino, journaliste de l'AFP.
10H30 - Le FN ouvre le bal - Les militants frontistes, rassemblés place du Palais-Royal, à Paris, s'apprêtent à partir pour la place de l'Opéra, où Marine Le Pen prononcera un discours à la mi-journée. La patronne du parti est en tête de cortège, flanquée de Steeve Briois, secrétaire général, Louis Aliot, vice-président, et des députés Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen.
EN DIRECT - Divisés sur l'accord emploi, les syndicats célèbrent cette année la fête du Travail dans la désunion: la CGT, opposée au texte, appelle avec ses alliés à des manifestations, tandis que la CFDT organise avec deux autres centrales réformistes un rassemblement inédit à Reims. Il faut remonter à 2005 pour retrouver une telle divergence de fond entre les deux principales organisations salariales.
De son côté, FO fera cavalier seul au Mur des fédérés, comme à son habitude.
Quant au Front National, il espère rallier plusieurs milliers de partisans à Paris, où Marine Le Pen s'exprimera à la mi-journée sur la place de l'Opéra.
© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.