Les talibans ont salué mercredi l'annonce par les Etats-Unis de la réduction du nombre de leurs soldats en Afghanistan, parlant de "bonne mesure" susceptible d'aider à mettre fin au long conflit dans ce pays.

En déclarant mardi, près de 20 ans après les attentats du 11 septembre 2001 fomentés par le groupe jihadiste Al-Qaïda, basé à l'époque en Afghanistan que dirigeaient les talibans, qu'environ 2.000 militaires s'en seront retirés le 15 janvier, Donald Trump, qui cédera le pouvoir au président élu Joe Biden cinq jours plus tard, a ainsi concrétisé sa promesse de mettre un terme aux "guerres sans fin".

Quelque 500 autres soldats auront aussi à cet égard quitté l'Irak pour ne laisser que 2.500 soldats dans chacun de ces pays, a annoncé mardi le nouveau ministre américain de la Défense par intérim, Christopher Miller.

"C'est une bonne mesure et c'est dans l'intérêt des peuples" afghan et américain, a réagi mercredi Zabihullah Mujahid, un porte-parole des talibans. "Le plus tôt les troupes étrangères s'en iront, le plus vite la guerre finira", a-t-il insisté.

Le porte-parole du Conseil afghan de sécurité nationale, Rahmatullah Andar, a quant à lui relativisé l'impact du retrait : "Les forces afghanes de sécurité et de défense réalisent déjà 96% des opérations de façon indépendante et sont prêtes à continuer à défendre le pays contre nos ennemis".

- Alliés inquiets -

Le prédécesseur de Christopher Miller, Mark Esper, limogé la semaine dernière, plaidait pour le statu quo, comme d'autres responsables militaires opposés à un retrait, tant que la violence ne diminuera pas.

Près de 7.000 militaires américains sont morts et plus de 52.000 ont été blessés depuis le déclenchement des offensives militaires en Afghanistan en 2001 puis en Irak deux ans plus tard, selon le Pentagone.

Mais l'annonce de Washington suscite la crainte, aux Etats-Unis et dans le monde, d'une résurgence des groupes extrémistes.

Et si le "califat" autoproclamé du groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie s'est finalement effondré en mars 2019, les jihadistes continuent de semer la terreur.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat américain, Mitch McConnell, pourtant un allié de M. Trump, avait estimé lundi que les Etats-Unis "abandonneraient" leurs alliés en cas de retrait prématuré, qui "ravirait les personnes qui nous souhaitent du mal".

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a averti que l'Afghanistan pourrait "redevenir une base pour les terroristes internationaux" en cas de retrait des quelque 12.000 soldats de l'Alliance, le plus gros contingent étant celui des Américains.

- Les violences continuent -

La France a estimé que ce serait une mauvaise idée et le gouvernement allemand s'est dit mercredi "particulièrement préoccupé" par l'impact que pourrait avoir ce retrait sur "l'avancée des pourparlers de paix" en Afghanistan.

M. Miller a précisé avoir parlé à M. Stoltenberg et au président afghan Ashraf Ghani. "Nous continuons à nous tenir à ses côtés à un moment où son gouvernement travaille à un règlement négocié pour la paix" avec les talibans.

Les pourparlers de paix en cours entre les talibans et le gouvernement afghan, faisant suite à un accord entre Washington et les insurgés qui entérine le retrait des forces américaines, semblent aujourd'hui dans l'impasse.

"Al-Qaïda est en Afghanistan depuis des décennies et nous serions idiots de dire qu'il va s'en aller demain", a expliqué un haut responsable du Pentagone peu avant l'annonce de M. Miller. "La solution est de négocier un partage du pouvoir ou une espèce d'accord en vertu duquel les talibans et le peuple afghan peuvent vivre côte à côte en paix".

Sans donner de détails, le porte-parole de M. Ghani, Sediq Sediqqi, a annoncé sur Twitter que le président afghan s'était entretenu avec M. Miller mardi soir au sujet du "processus de paix" et d'"un soutien militaire significatif et continu" des Etats-Unis à l'Afghanistan.

Pour sa part, le secrétaire général de l'Alliance atlantique Jens Stoltenberg a écrit dans un tweet : "Ai discuté de la mission de l'Otan avec @ashrafghani. Nous soutenons le processus de paix en Afghanistan (...) Même avec la réduction par les Américains (de leurs effectifs militaires, ndlr), l'Otan continuera à entraîner, conseiller et assister les forces afghanes dans leur combat contre le terrorisme international".

Les violences n'ont cependant fait qu'augmenter ces derniers mois sur le territoire afghan.

Une attaque le 2 novembre contre l'université de Kaboul a fait au moins 22 morts, des étudiants pour la plupart. Elle a été revendiquée par l'EI mais le gouvernement a accusé les talibans d'en avoir été les instigateurs.

Et en Irak, sept roquettes ont visé l'ambassade américaine à Bagdad au moment où intervenait Christopher Miller, rompant plus d'un mois de trêve décrétée par les factions irakiennes fidèles à Iran.