Le président français Emmanuel Macron est arrivé lundi soir à Beyrouth pour sa deuxième visite au Liban depuis l'explosion tragique du 4 août pour tenter de résoudre une crise politique profonde et célébrer le premier centenaire de la proclamation du Grand-Liban.

L'avion présidentiel, dont les hublots étaient décorés des drapeaux français et libanais, a atterri à l'aéroport de Beyrouth à 21H00 locales (18H00 GMT), a constaté un correspondant de l'AFP.

L'appareil est passé devant les 10 Alpha jets de la patrouille de France, qui effectuera une démonstration de vol aux couleurs du drapeau libanais mardi à l'occasion du centenaire de la naissance du Liban dans ses frontières actuelles.

Accompagné du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et du ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran, M. Macron a été accueilli sur le tarmac par le chef de l'Etat libanais, Michel Aoun.

"Libanais, vous êtes comme des frères pour les Français. Je vous en ai fait la promesse : je reviens à Beyrouth pour faire le point sur l'aide d'urgence et bâtir avec vous les conditions de la reconstruction et de la stabilité", a écrit sur Twitter le président français à son arrivée dans la capitale libanaise.

Lors de sa visite du 6 août, M. Macron avait plaidé pour un nouveau "pacte politique" et des réformes urgentes, promettant de revenir pour "évaluer" les progrès réalisés par les autorités, conspuées depuis des mois par la rue.