Le dauphin de la Ligue 1 marche sur l'eau ! Marseille s'est offert mardi une 5e victoire de rang, contre Angers (2-0) qui a chuté du podium au profit de Bordeaux, bourreau de Nîmes (6-0) malgré la fronde de ses ultras.

La 16e journée, également marquée par la claque infligée à Strasbourg par Brest (5-0), se poursuivra en soirée avec le choc entre Lyon et Lille, deux équipes au coude à coude (22 points chacune).

Porté par Dimitri Payet, l'OM a repoussé la menace d'une équipe d'Angers qui le talonnait au classement avant la rencontre. Et voilà les hommes d'André Villas-Boas revenus à seulement deux points du leader PSG, dont le dernier match dimanche à Monaco a été reporté et qui reçoit Nantes mercredi.

L'entraîneur portugais avait choisi le même onze de titulaires que contre Brest (2-1) vendredi et le résultat lui a donné raison. Dans ce casting classique, Payet a joué le premier rôle: le Réunionnais a lancé d'un rapide coup franc Morgan Sanson pour l'ouverture du score (17e), avant de doubler la mise sur penalty (41e) après une faute sur Hiroki Sakai, blessé sur l'action et remplacé à la pause.

Le scénario aurait pu être tout autre si la tête de Pierrick Capelle (15e) avait fait mouche, mais Steve Mandanda a veillé au grain.

La fin de saison est encore loin, mais Marseille maintient le rythme à l'avant-poste du championnat, après avoir dominé tour à tour Lille, Lyon, Toulouse et Brest. Dimanche au Vélodrome, le dauphin du PSG aura une nouvelle affiche à disputer contre Bordeaux, troisième avec cinq points en moins.

- Soirée folle à Bordeaux -

Les Girondins sont passés par toutes les émotions mardi, balottés entre la fronde de leurs supporteurs ultras en début de match et l'euphorie d'une large victoire qui les font monter sur le podium, à la faveur d'une meilleure différence de buts vis-à-vis d'Angers.

La soirée a d'abord été marquée par la colère de leurs ultras, empêchés de déployer une banderole hostile à la direction du club, avec qui ils sont en conflit depuis plusieurs semaines. Une vingtaine d'entre eux sont descendus en bord de pelouse pour protester, ce qui a entraîné l'interruption de la partie pendant près d'une demi-heure.

Le gardien Benoît Costil s'est mué en négociateur, les joueurs ont été renvoyés aux vestiaires et la direction du club a fini par céder. La banderole de la discorde s'est affichée en tribune: "Contre King Street et ses deux pantins : Longuépée et Thiodet".

Une centaine d'Ultramarines, principal groupe de supporteurs des Girondins, s'était déjà invitée vendredi au siège du club pour réclamer les démissions du président délégué Frédéric Longuépée et du responsable de la billetterie Antony Thiodet, dans un contexte de défiance envers l'actionnaire américain King Street.

Sur le terrain, l'équipe de Paulo Sousa n'a pas semblé marquée par cet épisode assez surréaliste. La victoire est venue des pieds du jeune attaquant nigérian Josh Maja (20 ans), auteur d'un épatant triplé (26e, 37e, 53e), puis de Nicolas De Préville (58) et d'Otavio (76e, 87e).

Etre sur le podium, "c'est anecdotique" à ce stade de la saison, a tenté de relativiser Laurent Koscielny sur BeIn. "Il faut rester calme et continuer à travailler".

Nîmes est de son côté reparti de Gironde la tête basse, scotché à la 19e place. Les Crocodiles pourraient même glisser au dernier rang si Toulouse, la lanterne rouge, venait à neutraliser ou battre Monaco mercredi.

L'autre carton de la soirée est à mettre au crédit de Brest et de son canonnier surprise Cristian Battocchio. Souvent remplaçant, le milieu italo-argentin a inscrit... ses trois premiers buts en Ligue 1 (45e+1, 53e, 75e), contre une équipe de Strasbourg en souffrance à la 15e place.

Résultats de la 16e journée:

mardi

Bordeaux - Nîmes 6 - 0

Brest - Strasbourg 5 - 0

Angers - Marseille 0 - 2

(21h05) Lyon - Lille

mercredi

(19h00) Dijon - Montpellier

Metz - Rennes

Toulouse - Monaco

Amiens - Reims

Saint-Etienne - Nice

(21h05) Paris SG - Nantes