L'ancien président de Taïwan, Lee Teng-hui, qualifié de "M. Démocratie" pour son rôle dans la transition politique sur cette île, est mort jeudi à l'âge de 97 ans, a annoncé l'hôpital où il était soigné.

Reconnu comme ayant été l'un des artisans de la transformation de Taïwan en un pays libre et moderne après des décennies de dictature, il avait été président de 1988 à 2000.

Il était devenu une figure de proue du mouvement visant à faire reconnaître cette île en tant qu'Etat souverain sur la scène internationale.

"Lee a contribué à mettre fin à des décennies d'autoritarisme et a inauguré une nouvelle ère de prospérité économique, d'ouverture et d'Etat de droit", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo dans un communiqué, saluant son "rôle crucial dans la transformation de Taïwan dans la démocratie exemplaire que nous connaissons aujourd'hui".

L'ancien chef de l'Etat a été hospitalisé en février après s'être étouffé en mangeant et souffrait de maladies chroniques depuis plusieurs années.

Lee Teng-hui est mort d'"un choc septique et d'une défaillance de plusieurs organes malgré les efforts de l'équipe médicale pour le réanimer", a déclaré le vice-président de l'hôpital général des vétérans de Taipei devant la presse.

Né à Taïwan en 1923, il a étudié au Japon, dont son île a été une colonie pendant 50 ans jusqu'en 1945, après la fin de la guerre du Pacifique.

Taïwan a alors été restituée à la Chine, dirigée à l'époque par le chef du Kuomintang (KMT) Tchang Kaï-chek. Quatre ans plus tard, après avoir perdu la guerre civile face aux communistes, Tchang Kaï-chek s'est enfui à Taïwan où il a mis en place un gouvernement rival, qu'il a dirigé d'une main de fer jusqu'à sa mort en 1975.

- Réformes politiques d'ampleur -

Lee, qui est devenu professeur d'économie agricole, a été introduit auprès du fils de Tchang Kaï-chek, Chiang Ching-kuo, dans les années 1970. Lorsqu'il est devenu président à la mort de son père, Chiang Ching-kuo a promu Lee à plusieurs postes gouvernementaux.

Vice-président en 1984, il devient quatre ans plus tard, après la mort de Chiang Ching-kuo en 1988, le premier président de Taïwan né sur l'île.

Chiang Ching-kuo avait déjà levé la loi martiale en 1987, mais c'est Lee qui a mené la transition de Taïwan vers la démocratie.

Son gouvernement a introduit des réformes politiques de grande ampleur, dont l'élection d'un nouveau parlement et la présidentielle au suffrage direct.

Malgré les menaces de la Chine continentale, il remporte une large victoire électorale en 1996. La Chine tire alors des missiles balistiques sur le détroit de Taïwan, espérant en vain dissuader les électeurs de voter pour Lee et suscitant l'arrivée dans la région de navires de guerre américains.

Lee a cédé son poste de président à Chen Shui-bian, du Parti progressiste démocratique (DPP), en 2000 lorsque le KMT a perdu les élections pour la première fois.

Lorsque Ma Ying-jeou du KMT a succédé à Chen en 2008 et suivi une politique de rapprochement avec la Chine continentale, Lee est apparu comme l'une des voix critiques de la ligne pro-Pékin.