Une vingtaine de militants du collectif "Stop Uranium" a bloqué samedi matin à Narbonne un train transportant du tétrafluorure d'uranium sortant de l'usine Areva Malvesy et destiné à Pierrelatte (Drome), a constaté un correspondant de l'AFP.

"L'arrêt du nucléaire, c'est urgent" était écrit sur la banderole déployée par les manifestants qui ont arrêté le train notamment avec des pétards, a précisé la même source, précisant que le convoi comportait une dizaine de wagons.

Deux piques ont été plantés au dessus des rails entre lesquels des hamacs ont été installés à deux ou trois mètres du sol et sur lesquels deux militants se sont installés, a encore constaté ce correspondant.

Le taux de radioactivité des wagons a été mesuré par deux militantes.

"L'objectif de cette action pendant la campagne des présidentielles est d'interpeler les candidats. Nous réclamons un véritable débat national, auquel participeront à part entière des représentants des mouvements antinucléaires, au même titre que les représentants des pouvoirs publics et de l'industrie de l'atome. Le débat nous est confisqué depuis toujours !", a expliqué le porte-parole de "Stop Uranium", M. Didier Latorre.

Dans un communiqué, le collectif a également dénoncé une industrie du nucléaire qui multiplie les scandales et dont "42 sur 58 réacteurs" ont "atteint ou dépassé leur durée, prévue pour 30 ans".