Société civile et médias russes se sont élevés jeudi face à l'ampleur de la répression visant les partisans de l'opposant Alexeï Navalny, un dossier qui est au coeur d'une visite en Russie du chef de la diplomatie européenne.

Ce dernier, l'Espagnol Josep Borrell, arrive jeudi soir pour un échange le lendemain avec le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. La rencontre s'annonce difficile, Moscou ayant qualifié les critiques occidentales d'"ingérence".

Alexeï Navalny a été condamné mardi à deux ans et huit mois de prison pour avoir enfreint les termes d'un contrôle judiciaire datant de 2014. Il affirme que le président Vladimir Poutine cherche à le faire taire, après qu'il a survécu à un empoisonnement l'été dernier.

Il sera en outre jugé vendredi dans une autre affaire, pour diffamation. La plupart de ses proches collaborateurs ont été arrêtés ou poursuivis. Jeudi soir, le domicile de Lioubov Sobol, assignée à résidence, a été à nouveau perquisitionné par la police, ont indiqué sur Twitter le mari et l'avocat de cette alliée de M. Navalny.

- "Surmonter la peur" -

Dans sa première réaction argumentée depuis sa condamnation, l'opposant a appelé jeudi ses partisans à "surmonter leur peur" et à libérer la Russie "des voleurs".

"Ne vous laissez pas avoir par cette illusion de force", a-t-il écrit, dans un message publié sur Instagram.

Des dizaines de rédactions de médias et d'ONG ont dénoncé la brutale répression des manifestations pro-Navalny des 23 et 31 janvier ainsi que du 2 février. Elles ont donné lieu à plus de 10.000 arrestations émaillées de violences policières.

Les interpellations de journalistes, comme celle de Sergueï Smirnov, le rédacteur en chef du site internet d'information Mediazona, condamné à 25 jours de prison, ont aussi été vivement dénoncées.

"Nous appelons les autorités russes à faire cesser les violences policières, les atteintes massives aux droits fondamentaux", ont écrit 25 personnalités d'organisations de défense des droits humains.

Conséquence de l'ampleur des arrestations, les centres de détention moscovites sont surpeuplés de personnes accusées ou condamnées pour avoir manifesté sans autorisation, une infraction passible de 15 jours de prison.

Faute de place, des dizaines d'entre elles ont été incarcérées dans un centre de rétention pour migrants à 66 kilomètres de la capitale, à Sakharovo. Des proches y font la queue, parfois plusieurs jours, pour leur remettre des colis.

Au préalable, les détenus ont passé des heures dans des fourgons cellulaires sans eau ni toilettes, a raconté l'ONG spécialisée OVD-Info.

"Il n'y a pas d'Etat de droit en Russie", a dénoncé Denis Bondarenko, un juriste de 27 ans présent pour remettre des produis de première nécessité à des proches emprisonnés.

- "Pas de répression" -

La Russie, déjà visée par de multiples sanctions occidentales, reste sourde aux critiques.

"Il n'y a pas de répression, juste des mesures de police visant ceux qui enfreignent la loi", a afirmé Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin.

Le message porté par le chef de la diplomatie européenne n'a donc guère de chance d'être entendu. Il espère néanmoins rencontrer M. Navalny. Une porte-parole de la justice russe, citée par l'agence de presse TASS, a indiqué qu'une telle rencontre ne pouvait être autorisée que par un tribunal.

Certains Etats de l'UE évoquent la possibilité de nouvelles sanctions, notamment l'Allemagne.

Le projet de gazoduc sous-marin russo-allemand Nord Stream 2 est un levier de pression. La France demande son abandon, auquel Berlin rechigne.

Pourtant, "l'arrêt de Nord Stream est un enjeu pour Poutine. Il le craint", selon l'analyste russe Alexeï Malachenko.

La mission de Josep Borrell met en tout cas fin au gel des contacts diplomatiques au niveau européen depuis 2017. D'autres dossiers que celui de M. Navalny seront évoqués, les différends ne manquant pas sur l'Ukraine, la Syrie ou encore la Libye.

"La relation avec la Russie est complexe. Il y a de nombreux enjeux de sécurité à discuter", résume M. Borrell. M. Peskov a pour sa part assuré que Moscou souhaitait "discuter franchement des désaccords".

Aux Etats-Unis, un conseiller de Joe Biden a lui mis en garde jeudi Moscou, indiquant que Washington allait prendre des "décisions" pour que la Russie "rende des comptes" pour ses activités "déstabilisatrices".