Le président du MoDem François Bayrou a déclaré dimanche qu'il restait hostile à la construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes car "le temps n'est plus à ces grands équipements", en estimant que le gouvernement n'a pas pris de décision sur ce dossier très sensible.

En cas de décision de construire cet aéroport dans le bocage nantais, "on va en réalité se trouver avec un équipement dont je crois moi-même qu'il ne correspond plus aux nécessités de l'heure, notamment parce que (l'aéroport actuel) Nantes-Atlantique est au croisement des lignes de tramway, du réseau routier, du réseau de train, et il me semble (...) que (...) aujourd'hui le développement va aller davantage du côté des trains à grande vitesse que du côté des avions, et la liaison en deux heures avec Paris c'est un argument très fort", a déclaré M. Bayrou au Grand jury RTL/Figaro/LCI.

Pour autant, "c'est un dossier extrêmement compliqué parce qu'il y a du pour et du contre dans chacun des choix", a ajouté le maire de Pau, évoquant une question "catastrophiquement complexe".

Au lendemain d'une visite impromptue d'Edouard Philippe à Notre-Dame-des-Landes, sur le site de l'aéroport actuel et à Nantes, M. Bayrou s'est dit "absolument certain, pour en avoir parlé avec lui, que le Premier ministre n'a pas fait son choix (...), parce qu'il voit les difficultés, y compris du réaménagement de Nantes-Atlantique".

Interrogé par ailleurs sur l'éventuelle évacuation de la ZAD de Notre-Dames-des-Landes, M. Bayrou a déclaré que "l'occupation de cette ZAD est inacceptable".

"L'Etat a un devoir, c'est d'établir sur le territoire dont il a la charge le respect des règles", a-t-il ajouté.

chr/jmt/eb

VINCI

RTL GROUP