"Nous étions émerveillés": l'artiste folk Arlo Guthrie se remémore Woodstock

Publié le à Great Barrington, Massachusetts (United States) (AFP)

"C'est très rare d'être dans un moment historique et de savoir qu'il est historique". Arlo Guthrie ne se rappelle pas s'il a dormi ou mangé à Woodstock en août 1969, ni même s'il a pris des drogues.

Le chanteur de folk se souvient en revanche être monté sur scène le premier soir du festival, face à des centaines de milliers de jeunes surexcités et de s'être demandé: "On n'arrive pas à s'entendre. Je me demande si le public peut?"

"La plupart des gens ne voyaient rien, n'entendaient rien, ils étaient juste là parce que tout le monde l'était", raconte-t-il à l'AFP. "Mais ce n'était pas grave, tu continuais juste à jouer".

A l'époque, Arlo Guthrie, artiste de 22 ans à la gueule d'ange, surfe sur le succès de son album "Alice's Restaurant" et son hit "Alice's Restaurant Massacre", un morceau de blues de 18 minutes dénonçant sans équivoque la guerre au Vietnam.

- "Nous étions émerveillés" -

La fête, du 15 au 18 août 1969, a parfois pris des tournures chaotiques au milieu de la gadoue, sans nourriture, habit ou abri, mais "nous étions émerveillés" témoigne l'artiste de 72 ans, depuis sa fondation dans les confins du Massachusetts.

"C'est juste un de ces moments marquants dont vous pensez qu'il va vous marquer, comme naître ou se marier, ou quand votre chien meurt. Quelque chose d'émotionnel", assure-t-il. "Il faut l'accepter et ça devient une partie de vous".

Longues boucles blanches, lunettes aviateur posées sur le nez, Arlo Guthrie n'est pas nostalgique de l'âge d'or du rock et folk américain, mais simplement fier "que la musique tienne toujours le coup".

- La fin d'une ère -

Le fils de Woody Guthrie - pionnier de la folk américaine, qui a inspiré une myriade d'artistes socialement engagés comme Bob Dylan, Joan Baez et Bruce Springsteen - sera sur scène jeudi pour le lancement des festivités à l'occasion du 50e anniversaire de Woodstock, aux côtés notamment de Ringo Starr, Santana et John Fogerty.

Ce festival légendaire a pour lui marqué la fin d'une époque, celle de la contre-culture: "C'était une célébration de la fin d'une ère anti-autoritaire, méfiante de n'importe qui en position de pouvoir, à gauche, droite ou au centre".

Aujourd'hui encore, il estime "qu'il faut en quelque sorte prendre ces gens en position de pouvoir avec un peu de méfiance".

Si l'époque du "Peace and love" est désormais révolue, Arlo Guthrie considère que ce rassemblement mythique dans un champ d'agriculteur a illustré le pouvoir que la musique pouvait avoir dans le rassemblement et la confiance entre individus.

La musique est selon lui "le premier des réseaux sociaux, et elle a toujours cette place". "J'ai joué de la musique avec des personnes dont je ne parlais pas la langue" se rappelle-t-il, "mais nous n'avions pas besoin de langues, nous avions la musique".

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.