Une infirmière new-yorkaise est devenue lundi la première Américaine à être vaccinée contre le Covid-19, début d'une campagne de vaccination symbole d'espoir pour le pays le plus endeuillé au monde alors que dans l'Union européenne la contamination s'accélère, sans vaccin autorisé pour l'instant.

Cette infirmière spécialiste des soins intensifs, Sandra Lindsay, a été vaccinée devant les caméras au Long Island Jewish Medical Center, grand hôpital du quartier de Queens.

"Premier vaccin administré. Félicitations aux Etats-Unis, félicitations au MONDE!", a tweeté le président Donald Trump dans les minutes suivant l'injection. Elle survient six jours après les premières vaccinations au Royaume-Uni, premier pays à avoir autorisé le remède des laboratoires Pfizer/BioNTech.

"J'espère que cela vous donnera, à vous et aux soignants qui travaillent là-dessus tous les jours, un sentiment de sécurité et une compétence renforcée", a lancé le gouverneur de New York, Andrew Cuomo.

L'infirmière, souriante, a affirmé après la piqûre "se sentir très bien. Je n'ai senti aucune différence avec les autres vaccins".

La campagne de vaccination américaine, qui doit cibler en priorité les soignants les plus exposés au virus et les maisons de retraite, débute alors que la pandémie embrase les Etats-Unis: le seuil des 300.000 morts est sur le point d'être atteint, avec plus de 16 millions de cas dont 1,1 million ces cinq derniers jours.

Près de trois millions de doses doivent être distribuées d'ici mercredi, avec l'objectif de vacciner quelque 20 millions d'Américains avant fin décembre et 100 millions avant fin mars.

"C'est la lumière au bout du tunnel, mais le tunnel est long", a averti le gouverneur de New York, rappelant qu'il faudrait "des mois" avant qu'une masse critique de la population puisse être vaccinée.

"Ma principale inquiétude concerne le niveau de réticence" face au vaccin, a déclaré un haut responsable de la vaccination au niveau fédéral, Moncef Slaoui, sur CBS. Une vaste campagne de communication a été engagée pour convaincre les Américains de se faire vacciner.

- Accélération en Europe -

Le Canada lance également la vaccination ce lundi, avec de premières injections attendues dans deux maisons de retraite québécoises, qui lors de la première vague avaient déploré 80% des morts canadiens de l'épidémie.

Au Moyen-Orient, Abou Dhabi a aussi commencé lundi à vacciner le public, cinq jours après que les Emirats ont approuvé le vaccin du géant chinois du médicament Sinopharm.

En Asie, Singapour s'est ajoutée lundi à la liste des Etats ayant approuvé le vaccin Pfizer/BioNTech, après le Royaume-Uni, le Canada, Bahreïn, l'Arabie saoudite, le Mexique et les Etats-Unis.

En Europe, continent le plus frappé avec 480.650 décès et plus de 22 millions de cas, l'Agence européenne du médicament doit elle rendre un avis d'ici fin décembre.

Comme aux Etats-Unis, l'inquiétude monte sur le Vieux continent à l'approche des fêtes de fin d'année, et la deuxième vague de l'épidémie s'accélère notamment en Allemagne et en Italie.

Selon les données compilées par l'AFP, l'Europe est la zone ayant enregistré le plus de nouvelles contaminations cette semaine (+236.700 en moyenne par jour).

Dans ce contexte, la France engage cette semaine une stratégie de dépistage massif ciblé sur quelques agglomérations, dans l'espoir de mieux contrôler l'épidémie en vue du déconfinement.

La stratégie s'inspire de celle tentée au Royaume-Uni à Liverpool, début novembre.

L'Allemagne, où la pandémie "est hors de contrôle" selon le dirigeant de la Bavière Markus Söder, entre elle dans un confinement partiel mercredi, pour plus de trois semaines: les commerces non essentiels seront fermés et les vacances scolaires étendues.

Aux Pays-Bas voisins, de nouvelles restrictions étaient attendues lundi, avec la possible fermeture des commerces non essentiels, des théâtres, des musées et parcs d'attractions.

En Suisse, le directeur de l'hôpital de Zurich a réclamé la mise à l'arrêt du pays.

Plus au nord, la Lituanie va fermer la plupart des magasins à partir de mercredi. Pour sa Première ministre Ingrida Simonyte, "les chiffres sont effrayants (...), le risque est désormais partout".

L'Italie, cinquième pays le plus endeuillé au monde après les Etats-Unis, le Brésil, l'Inde et le Mexique, est devenu samedi le pays européen le plus touché avec 64.520 morts et plus de 1,8 million de cas, devant le Royaume-Uni.

- Troisième vague en Corée du Sud -

En Asie, la Corée du Sud, qui affronte une troisième vague d'infections, a signalé dimanche 1.030 nouveaux cas, deuxième record journalier consécutif.

Longtemps modèle de gestion de la crise sanitaire, le pays a été surpris par la résurgence de l'épidémie. Le président Moon Jae-in a évoqué samedi une situation "très grave" et présenté ses excuses pour les difficultés rencontrées par son gouvernement.

En Afrique, le Premier ministre du petit royaume d'Eswatini est décédé à 52 ans après avoir été diagnostiqué positif au Covid-19, même si les autorités n'ont pas confirmé la cause de son décès.

Au Nigeria, au moins 26 généraux ont été testés positifs au nouveau coronavirus - et l'un d'eux est décédé - après avoir participé à une conférence à Abuja.

Alors que les soignants sont partout en première ligne face au virus, un rapport de l'OMS et de l'Unicef signale qu'un établissement de santé sur quatre dans le monde ne dispose pas de services d'approvisionnement en eau. Un sur trois ne permet pas de garantir l'hygiène des mains là où les soins sont prodigués.

burs-cat/iba