Donald Trump est sorti lundi en fin d'après-midi de l'hôpital en promettant de repartir "bientôt" en campagne à moins d'un mois de l'élection présidentielle, même si ses médecins ont souligné qu'il restait contagieux et n'était pas encore tiré d'affaire.

Dès son arrivée à la Maison Blanche, il est monté sur le balcon, a retiré son masque et a levé les pouces. Un geste de défi pour un président malade qui pendant des mois a affiché son dédain pour ceux qui se couvrent le visage pour se protéger du Covid-19.

Peu auparavant, et trois jours après y avoir été admis vendredi dans la foulée de son test positif au Covid-19, le président des Etats-Unis a quitté à pied le centre médical Walter Reed, en banlieue de Washington, par la grande porte dorée, sans répondre aux questions de la presse.

Tandis que des sympathisants l'acclamaient à l'extérieur des grilles, sa voiture l'a ensuite accompagné à son hélicoptère Marine One qui l'a ramené à la Maison Blanche, dans une mise en scène savamment orchestrée.

"N'ayez pas peur du Covid. Ne le laissez pas dominer votre vie", avait auparavant lancé sur Twitter celui qui est régulièrement accusé de minimiser la pandémie, et qui a tenu à annoncer lui-même sa sortie.

Il a tenté de se présenter comme revigoré par cette épreuve, et de défendre une fois de plus sa gestion de la pandémie, critiquée de toutes parts.

"Me sens vraiment bien", "mieux qu'il y a 20 ans!", a insisté le milliardaire républicain âgé de 74 ans.

"Nous avons développé, sous l'administration Trump, de bons médicaments et de bonnes connaissances", a-t-il assuré, alors que la pandémie a fait 210.000 morts dans son pays, le plus endeuillé au monde.

Le président-candidat, de nouveau très actif sur Twitter après un retrait rare et remarqué ces derniers jours, se montre de plus en plus impatient de donner au moins l'image d'un candidat mobilisé par sa campagne à 29 jours du scrutin du 3 novembre face au démocrate Joe Biden.

"Je retournerai bientôt sur le terrain pour ma campagne!!!", a-t-il prévenu, contestant les "sondages bidon" qui le donnent constamment battu par l'ancien vice-président de 77 ans.

"Il est de retour", a aussi acquiescé son médecin Sean Conley, "prudemment optimiste", comme pour confirmer l'idée véhiculée par son entourage d'un "battant" prêt à vaincre le virus et remonter sur le ring.

Pour autant, l'équipe médicale a bien souligné qu'une sortie de l'hôpital n'était pas synonyme d'un retour à la normale.

"Il n'est peut-être pas encore complètement tiré d'affaire" et il bénéficiera à la présidence "de soins médicaux de classe mondiale 24 heures sur 24", a dit le Dr Conley lors d'une conférence de presse.

Il a précisé que les médecins ne seraient pas totalement soulagés avant une semaine.

- Crise "loin d'être terminée" -

Surtout, il a expliqué que Donald Trump ne pourrait pas retourner sur le terrain avant de ne plus être contagieux -- laissant entendre qu'il l'était encore. Il a évoqué un délai moyen de dix jours, mais sans préciser exactement à partir de quand.

Cela semble donc le priver encore pour un temps de déplacements dans les Etats-clés pour tenter de refaire son retard.

En face, Joe Biden, 77 ans, qui a maintenu voire accru son avance dans les intentions de vote après le débat confus de la semaine dernière face à Donald Trump, continue lui sa campagne à son rythme.

"J'espère que le président se rétablira rapidement", "mais la crise sanitaire de notre pays est très, très loin d'être terminée", a dit lundi le candidat démocrate en Floride, l'un des Etats-clés que le président sortant doit à tout prix remporter à nouveau, comme en 2016, pour conserver un espoir de victoire au niveau national.

"Maintenant qu'il a le temps de tweeter des messages de campagne, je vais lui demander ceci: écoutez les scientifiques, soutenez le port du masque", a-t-il ajouté.

Dans l'immédiat, Donald Trump va donc être confiné à la Maison Blanche, qui ressemble de plus en plus à un foyer virulent du coronavirus.

Après le président, sa femme Melania, sa proche conseillère Hope Hicks et plusieurs autres membres de son équipe, c'est Kayleigh McEnany, la porte-parole de Donald Trump, qui a annoncé lundi avoir été testée positive au Covid-19.

Cette annonce, après trois jours de communication cacophonique sur l'état de santé du président de la première puissance mondiale, renforce encore un peu plus l'image d'un exécutif n'ayant pas pris la pleine mesure de l'épidémie.

- Volte-face -

Le médecin présidentiel a fini par admettre dimanche que l'état initial de son patient avait été plus grave que ce qui avait été officiellement déclaré dans un premier temps.

Faisant volte-face par rapport à son point presse de samedi, le Dr Conley a alors confirmé que Donald Trump avait bien eu besoin d'une mise sous oxygène vendredi, pendant environ une heure, à la Maison Blanche, un épisode jugé suffisamment inquiétant pour décider de l'hospitaliser le soir même.

Le médecin a aussi annoncé un autre épisode de baisse de la saturation en oxygène survenu samedi matin. Et samedi également, les médecins lui ont administré un troisième traitement, la dexaméthasone, un corticoïde efficace contre les formes graves du Covid-19, en plus de l'antiviral remdesivir et du cocktail expérimental de la société Regeneron, qu'il a reçus dès vendredi.