Pete Buttigieg, alias "Mayor Pete", a fait irruption avec fracas sur la scène politique américaine. Il pourrait y occuper une place de choix dans les années à venir. A condition de réussir à séduire au-delà de l'électorat blanc.

"Presque personne ne connaissait mon nom et presque personne ne pouvait le prononcer": entre le lancement de sa campagne, le 14 avril 2019, et la fin de cette dernière, le 1er mars 2020, le chemin parcouru par ce maire trentenaire ouvertement gay d'une ville moyenne de l'Indiana est spectaculaire.

Fort en particulier d'une victoire dans le caucus de l'Iowa devant le vétéran Bernie Sanders, il peut espérer un parcours politique au-delà de sa ville natale de South Bend dont il fut maire pendant huit ans.

"Pete donne le sentiment que ce n'est pas pour lui la fin mais le début", résumait David Axelrod, l'un des artisans de la victoire de Barack Obama en 2008.

Dans son discours de renoncement à l'investiture démocrate dimanche soir, l'ex-candidat de 38 ans a promis de tout faire pour que l'Amérique ait "un président démocrate en janvier". Et il a clairement laissé entendre qu'il faudrait compter avec lui.

Le jeune homme pressé, passé par Harvard, Oxford et le cabinet de conseil McKinsey, affiche avec aplomb de très grandes ambitions, un trait qui agace ses nombreux détracteurs dans son propre camp qui ironisent sur son côté "premier de la classe".

Clairement positionné sur un créneau "centriste" au sein du parti démocrate, dans la droite ligne de Barack Obama, il sait que ce champ devrait s'ouvrir en grand.

L'ancien vice-président Joe Biden, lui aussi sur cette posture, s'est replacé dans la course à l'investiture. Mais il a 77 ans. Et, s'il l'emportait, certains évoquent déjà la possibilité qu'il ne fasse qu'un mandat.

- "Sans fortune personnelle" -

Pour l'heure, Pete Buttigieg, qui aime à rappeler qu'il s'est lancé "sans fortune personnelle", n'a depuis janvier plus aucun mandat électif. Pour la suite, il n'a livré aucune piste, et n'a aucune certitude.

En cas de victoire d'un démocrate le 3 novembre face à Donald Trump, il peut espérer un poste de choix au sein du gouvernement.

S'il veut trouver une place au Congrès, à la Chambre des représentants ou au Sénat, la partie s'annonce délicate dans son Etat de l'Indiana, très conservateur, d'où est originaire le vice-président Mike Pence, même s'il pourrait tenter sa chance lors des élections de mi-mandat en 2022.

Et s'il veut croire encore à un destin national, le chemin à parcourir reste encore long.

Sa décision de jeter l'éponge dans la course à l'investiture est intervenue trois jours après son revers lors de la primaire de Caroline du Sud où il est arrivé en quatrième position. Un chiffre a retenu l'attention: il n'a, selon les sondages réalisés par NBC à la sortie des urnes , obtenu que... 3% du vote noir.

Il n'a, de fait, pas réussi à convaincre cet électorat traditionnel des démocrates qu'il comprenait ses inquiétudes et qu'il avait pleinement pris la mesure de ses luttes, passées et à venir. Or en l'absence d'appui solide parmi ces derniers, son horizon politique restera bouché.

Au moment où la primaire démocrate prend la forme d'un combat entre trois septuagénaires - Bernie Sanders, Joe Biden, Michael Bloomberg - certains s'interrogent déjà: "Mayor Pete" se lancera-t-il une nouvelle fois à l'assaut de la Maison Blanche?

Lors de son discours dimanche soir, certains de ses partisans ont chanté "2024!2024!". Le jeune candidat a esquissé un sourire, mais n'a pas réagi. L'équation politique de la décennie qui s'ouvre est pleine d'inconnues, mais M.Buttigieg a une certitude: il a du temps devant lui.

"S'il était candidat à la Maison Blanche en 2052, Pete Buttigieg serait toujours plus jeune que la quasi-totalité des candidats encore en course dans cette campagne", relevait malicieusement Matt Viser du Washington Post.