Pistorius: 3e journée à la barre - EN DIRECT

Publié le à Pretoria (AFP)

08:50 GMT - Pause - L'audience est une nouvelle fois suspendue.

08:49 GMT - Passe d'armes - Barry Roux s'en prend au procureur. Il conteste la manière dont ce dernier a entamé son contre-interrogatoire.

08:43 GMT - Bouledogue - Le procureur Gerrie Nel attaque fort dès le début. "Vous avez commis une faute? Vous avez tué quelqu'un, c'est ça que vous avez fait. Vous avez tiré et vous l'avez tuée, vous n'allez pas reconnaître votre responsabilité pour cela?", dit le procureur, surnommé le bouledogue.

08:37 GMT - L'AUDIENCE REPREND AVEC LES QUESTIONS DU PROCUREUR

08:31 GMT - Préparé - Certaines des réponses de Pistorius montrent qu'il a évidemment été préparé par ses avocats pour cette audition. Quand il parle du Dr Stipp, il évoque un homme bouleversé, dépassé par les événements, qui a quitté les lieux rapidement, alors que pour l'accusation, le Dr Stipp a livré un témoignage circonstancié, en évaluant l'état de de la victime.

08:29 GMT - SUSPENSION D'AUDIENCE

08:27 GMT - Pas l'intention - "Je n'avais pas l'intention de tuer Reeva ou qui que ce soit d'autre", assure le champion paralympique.

08:25 GMT - Cris... ou pas - Barry Roux évoque les témoins qui n'ont pas été cités à comparaître, des voisins qui n'ont pas entendu les cris de Reeva. Celui là "n'a pas entendu les cris d'une femme, dit-il en parlant d'un de ces voisins. Il a entendu un homme pleurer, mais il n'a pas entendu une femme crier", insiste-t-il.

08:17 GMT - Démonstration - L'avocat demande à Pistorius de montrer à la cour comment il a d'abord essayé de défoncer lui-même la porte des toilettes, où se trouvait Reeva Steenkamp, avant de le faire finalement avec une batte de cricket. L'athlète s'exécute. Il porte des chaussettes et chaussures noires.

08:02 GMT - Revue de détails - Pistorius continue de répondre aux questions de son avocat Barry Roux sur les circonstances de cette nuit du 13 au 14 février 2013. Les détails sont passés en revue. Arrivée de la police, déplacements de l'athlète chez lui, les bruits entendus..

08:02 GMT - Policier - La police est arrivée, a pris des photos. Pistorius attend dans la cuisine, puis dans le garage. "Un officier de police m'a dit que j'étais en état d'arrestation".

Plus tard, "Un officier de police est arrivé et s'est présenté. Il m'a dit qu'il était un ami d'un membre de ma famille, que je ne devais pas m'inquiéter, et qu'il était là pour s'occuper de moi".

- Etat d'arrestation -

07:57 GMT - Morte - A un moment, "une urgentiste est venue vers moi et m'a dit que Reeva était morte".

07:52 GMT - Docteur - "Quelqu'un est arrivé à la maison", continue Pistorius. "J'ai compris plus tard qu'il s'agissait du docteur Stipp.Il a essayé d'aider Reeva. Il n'avait pas l'air de savoir ce qu'il faisait. Il avait l'air dépassé par la situation."

07:51 GMT - Bande adhésive - Le responsable du domaine où habite Pistorius, Johan Stander, qui est aussi son ami, arrive dans la maison du champion paralympique avec son épouse. "J'essayais de tenir la tête de Reeva. Mme Stander m'a demandé si j'avais de la bande adhésive ou une corde ou quoi que ce soit qui permettrait de bander son bras afin de stopper le saignement", raconte Pistorius.

07:47 GMT - Chevrotante - Pistorius passe sa main devant ses yeux. Il fait face au juge, regarde dans le vide. Il parle d'une voix brisée, chevrotante, et s'arrête régulièrement. La juge Masipa et ses deux assesseurs prennent de nombreuses notes.

07:41 GMT - Impuissant - "J'essayais de relever Reeva, mais je ne pouvais pas. Je ne pouvais pas la relever", explique Pistorius. Il avait auparavant essayé de se servir de son téléphone, mais à cause du code secret, n'a pas pu s'en servir. Ensuite, il a appelé les urgences avec son propre téléphone. "J'ai dit à l'opérateur que je devais emmener Reeva à l'hôpital".

07:38 GMT - Sang - Pistorius a posé la tête de Reeva sur son épaule. "Je pouvais sentir le sang couler sur moi, je l'entendais respirer, je pouvais voir que son bras était, son bras, était cassé".

07:37 GMT - Reprise de l'audience - L'audience reprend. Est évoqué le moment où Pistorius a trouvé le corps de Reeva Steenkamp.

07:35 GMT - Inquiet - Oscar Pistorius est arrivé au tribunal un quart d'heure avant l'ouverture de l'audience. Costume sombre et cravate, le champion paralympique consulte son téléphone, l'air inquiet.

07:26 GMT - Mise en place - Avant l'ouverture de l'audience, les familles Pistorius et Steenkamp prennent place au premier rang. Elles se saluent avec courtoisie.

07:25 GMT - EN DIRECT - Oscar Pistorius s'est déjà effondré en larmes plusieurs fois lors de son procès pour meurtre. Mais ses nerfs risquent d'être mis à bien plus rude épreuve encore lorsque le procureur Gerrie Nel commencera son interrogatoire, en principe dès aujourd'hui.

Depuis lundi, le champion amputé qui a abattu sa petite amie Reeva Steenkamp en février 2013, dépose devant le tribunal. Il répond aux questions de son propre avocat, Barry Roux.

Me Roux a d'abord cherché à brosser le portrait d'un jeune homme angoissé mais gentil. Puis, mardi, il lui a fait raconter la nuit du meurtre. Pistorius, en fin de récit, s'est effondré en sanglots dans son box, incapable de continuer.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.