Des pluies diluviennes se sont abattues samedi dans les Cévennes et une automobiliste est portée disparue dans le Gard, département placé en vigilance rouge où des centaines de personnes ont été mises en sécurité en prévision d'une deuxième vague dans la soirée.

"Mon mari m’a dit attention regarde, le Gardon monte, monte, et effectivement le Gardon charriait plein de bois (...) A un moment donné, il y avait une camionnette qui est passée dans l’eau", a témoigné auprès de l'AFP Cathy Bouvier, une vacancière évacuée d'un camping d'Anduze menacé par les flots.

Dans l'après-midi, la rivière Gardon déchaînée débordait sur la route départementale faisant plier des arbres sur son passage, a constaté une journaliste de l'AFP.

De l'eau s'est engouffrée dans plusieurs maisons de la commune, puis s'est retirée, laissant à son passage d'épaisses quantités de boue dont les habitants tentaient dans la soirée de se débarrasser, a constaté un photographe de l'AFP.

Anduze a subi le contrecoup "des précipitations extrêmement importantes" qui se sont abattues sur le massif des Cévennes, et "la propagation de l'onde de crues" a fait monter les eaux du Gardon de six mètres en deux heures" dans cette localité de quelque 3.400 habitants, ont expliqué les autorités.

Dans l'après-midi, un peu plus d'une centaine de maisons situées sur la partie basse de la ville avaient été évacuées, selon la maire d'Anduze Geneviève Blanc. Sept personnes ont été accueillies dans le collège ouvert pour la nuit, selon la préfecture.

"Toutes les personnes qui devaient être mises en sécurité l'ont été. Il n'y a plus d'action de secours en cours", a indiqué dans la soirée le sous-préfet du Gard, Jean Rampon, à l'AFP.

Les trombes d'eau ont conduit à la coupure de plus d'une dizaine de routes départementales dans le Gard, dont celle passant dans la commune de Pont-d'Hérault, où se sont accumulés 350 millimètres de pluie, rendant inaccessible le village du Vigan.

Dans ce secteur, une automobiliste de 64 ans portée disparue était toujours recherchée. "Une personne à bord de son véhicule (...) aurait été vue par des témoins emportée par un courant d’eau assez important (...). Les reconnaissances se poursuivent", y compris par hélicoptère, a déclaré le responsable communication des sapeurs-pompiers du Gard, Eric Agrinier, sur BFMTV.

Au total, environ 650 personnels, pompiers et militaires de la sécurité civiles ainsi que des hélicoptères sont mobilisés.

Au total, une quarantaine de sauvetages ont été réalisés dont six par hélicoptère. 400 personnes ont été mises en sécurité sur la commune de Valleraugue (200) et Saint-Jean-du Gard (200), selon la préfecture.

- Casernes inondées -

Valleraugue, dans les Cévennes, figure parmi la vingtaine de localités "les plus touchées" avec une communication coupée, les réseaux radios et téléphones étant "tombés", précise la préfecture. Environ 450 mm de pluies ont été enregistrés en douze heures. Le record date du 27 septembre 1900 avec 980 mm en dix heures.

A Saint-Jean-du-Gard, le niveau du Gardon identique à celui enregistré lors des fortes pluies de 2002, a provoqué l'inondation des casernes des pompiers et de la gendarmerie qui se trouvent elles aussi sans liaison téléphonique et radio.

Mais les autorités s'inquiètent surtout d'une deuxième vague de précipitations qui a débuté vers 20H30, selon des journalistes de l'AFP. Elles devaient durer jusqu’à 1h du matin environ, en se décalant vers l’Est entre Montpellier et Nîmes.

Entre 50 à 100 mm de précipitations sont attendues avant l'évacuation du phénomène prévue en fin de nuit sur la vallée du Rhône.

Les départements voisins de la Lozère et de l'Hérault ont, eux, été placés en vigilance orange aux pluies inondations et orages. Dans l'Hérault, la commune de Laroque, à côté de Ganges, est isolée, le niveau de la rivière ayant atteint plus de sept mètres, selon Vigicrues.

Les épisodes cévenols se produisent en général à l'automne, quand la mer Méditerranée est la plus chaude, favorisant alors une forte évaporation. Ces masses d'air chaud, humide et instable remontent vers le nord provoquant de fortes pluies.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili ont annoncé qu'ils se rendraient dimanche après-midi dans le Gard.