Quelques milliers de personnes ont manifesté dimanche à Varsovie pour protester contre un arrêt du Tribunal constitutionnel imposant une interdiction quasi totale de l'avortement dans ce pays, et réclamer aussi le départ du gouvernement conservateur.

Les manifestants, principalement des femmes et des jeunes, ont traversé la ville pour se rendre devant le domicile du vice-Premier ministre Jaroslaw Kaczynski, considéré comme l'homme fort des conservateurs au pouvoir et comme le véritable responsable de la décision du tribunal.

A plusieurs reprises, la police a tenté de barrer la route à la marche pour l'empêcher de se diriger vers sa maison, devenue une cible régulière des manifestations. La police a finalement réussi à bloquer la rue où se trouve sa maison.

Dans la nuit, un groupe d'agriculteurs qui accusent le gouvernement de rester inactif face à la chute des prix des produits alimentaire y a aussi déposé un porc mort, ainsi que déversé dans la rue des pommes de terre et des oeufs.

La manifestation de dimanche s'est déroulée le jour du 39e anniversaire de l'état de siège déclenché par le général Wojciech Jaruzelski qui a brisé Solidarité, premier syndicat libre du monde communiste, le 13 décembre 1981.

Des manifestations massives ont débuté en Pologne le 22 octobre quand le Tribunal constitutionnel, réformé par le parti ultra-catholique Droit et Justice (PiS), au pouvoir, et se conformant à ses souhaits, a proscrit l'interruption volontaire de grossesse en cas de malformation grave du foetus, statuant qu'elle est "incompatible" avec la Constitution.

L'arrêt aboutit à l'interdiction de tous les avortements sauf en cas de viol et d'inceste ou lorsque la vie de la mère est en danger.

Les manifestations se déroulent malgré la pandémie qui a fait plus de 22.000 morts dans ce pays de 38 millions d'habitants.

bo/avz