Enfin sur le départ, les milliers de routiers encore bloqués autour du port anglais de Douvres ont reçu vendredi, faute d'avoir pu rentrer chez eux à temps pour Noël, un peu de réconfort grâce à une efficace chaîne de solidarité.

"Cela se voit rien qu'à leurs visages, ils sont à bout", observe Umit Saban, 45 ans, arrivé au petit matin de Londres le coffre rempli de 300 repas de Noël, préparés dans son restaurant, qu'il tenait à venir distribuer aux chauffeurs.

Dans le sac un soda, du poulet et du riz encore chaud dans une barquette et de généreuses poignées de petits loukoums multicolores.

"C'est Noël ! On ne pouvait pas les laisser comme ça", explique à l'AFP le restaurateur qui court de son coffre à la route, ses sacs à la main.

Un chauffeur au camion immatriculé en Pologne ralentit, ouvre sa fenêtre, fait le V de la victoire, attrape son "Xmas Package" et hurle, lâchant de la buée dans l'air glacé du port "et joyeux Noël" avant de filer vers le terminal.

Après 48 heures de fermeture totale, la France permet depuis mercredi matin le retour des chauffeurs coincés côté britannique, à condition de présenter un test Covid négatif. Des milliers d'entre eux, souvent à cran, attendaient encore vendredi de pouvoir rentrer chez eux, certains stationnés sur la piste d'un ancien aéroport, d'autres directement sur l'autoroute menant au principal port transmanche anglais ainsi qu'au tunnel sous la Manche.

Après un démarrage laborieux, l'immense opération de dépistage est désormais menée avec le soutien de quelque 1.100 militaires britanniques, auxquels se sont joints des pompiers français. L'opérateur du port français de Calais a dit à l'AFP anticiper un retour à la normale dans la journée de samedi.

- "Noël particulier" -

En attendant, le ballet des bénévoles est devenu centre d'attraction pour la petite ville de Douvres, en plein confinement.

Une femme arrive dans sa petite voiture, avec "de la soupe chaude" et des bouteilles d'eau, le produit dont ont le plus manqué les conducteurs bloqués depuis dimanche soir. En un rien de temps, sur le goudron du terminal, un autre point de distribution s'organise. Les bouteilles partent à toute allure.

"Ca bouge, enfin ils peuvent rentrer chez eux", se réjouit Ben, un habitant de Douvres qui travaille aux douanes du port et n'a pas voulu donner son nom. Il est venu en famille se poster a l'entrée du port avec son chapeau de père Noël et des chocolats à distribuer.

"On veut leur montrer que personne ne les déteste, que nous aussi on comprend leur peine, après tout ce chaos, et que c'est juste super qu'ils puissent rentrer chez eux", dit le père Noël du péage.

La file de camion s'étend encore au loin sur l'immense rampe qui débouche de l'autoroute sur ce bout de port, principale porte de sortie sur le continent pour les chauffeurs et leurs marchandises.

Mais même si l'embouteillage monstre s'est en partie résorbé et que les lignes de camions avancent à une vitesse normale en direction du terminal, les chauffeurs ne sont pas encore au bout de leur peine.

Sur la zone d'embarquement, dos à la mer, des dizaines de brigades de testeurs, soldats de l'armée britannique ou employés du service public de santé, le NHS, en chasuble fluo, sont déployés au bout de ces lignes de camions, au niveau de la zone d'embarquement pour coordonner les opérations.

Le lieutenant colonel Loison, pompier du nord de la France, est arrivé en renfort dans la nuit en ferry avec 22 pompiers et une équipe médicale pour aider les autorités britanniques à réaliser les tests.

"C'est un Noël un peu particulier pour nous. Mais ça fait partie de la mission. Les chauffeurs sont très coopératifs, il n'y a pas eu de climat délétère", assure le lieutenant colonel sous son masque de protection.

Lui et ses hommes ont aussi trouvé un peu de l'esprit de Noël dans cette mission, accueillis sur le ferry à l'aller par un copieux "English breakfast" offert par la compagnie aux renforts français.